«Les garçons sont fashion de plus en plus tôt»
Actualisé

«Les garçons sont fashion de plus en plus tôt»

Les fringues griffées ne font plus seulement craquer les filles. Dès 12-13 ans, les marques sont un must pour les ados.

«Pour la rentrée, j'ai dépensé 800 fr. en une semaine. J'ai acheté trois jeans, quatre T-shirts, deux paires de chaussures, un parfum, pour la plupart de marque», décline Sami Gauthier, 15 ans. Le prix à payer pour avoir une «belle allure» et surtout accrocher le regard des filles? «Je n'achète presque plus de jeux vidéo et je fais attention pour les sorties.»

Mais cela ne suffit pas, tout comme l'argent de poche des parents. S'il a travaillé cet été, c'est pour tout dépenser à la rentrée! Même tactique pour son copain du même âge, Greg Collet.

«Les mecs sont parfois plus fashion que nous!» commente Catalina Onica, 16 ans, citant en référence un ami, précurseur du style «clubber». Damien Hoehn-Galdini, 19 ans, vendeur dans un magasin lausannois (bien nommé «Fashion Victim»), observe une tendance: «Depuis deux ans, les garçons n'ont plus le style «racaille». Ils sont de plus en plus victimes de la mode, et cela commence dès 12-13 ans maintenant.»

Le phénomène commence à gagner la Suisse alors qu'il existe depuis plusieurs années en France ou en Italie, selon la gérante. «Les jeunes s'inspirent beaucoup des stars vues sur MTV. Ils prennent aussi pour modèles leur grand frère», explique Katia Amaouche.

La notoriété internationale du Flon joue aussi un rôle, selon elle. Les foules se pressent pour écouter et voir les meilleurs DJ du moment, véritables supports des marques.

Sophie Roselli

Ton opinion