Les gardes forestiers suisses redoutent les vols de bois 

Publié

Crise énergétiqueLes gardes forestiers redoutent les vols de bois 

Le bois de chauffage commence à se faire rare. Les professionnels redoutent du coup que les Suisses se servent illégalement dans les forêts.

En Allemagne, les voleurs sont de plus en plus nombreux à roder dans les bois et à dérober des troncs d’arbres entiers.

En Allemagne, les voleurs sont de plus en plus nombreux à roder dans les bois et à dérober des troncs d’arbres entiers.

20min/Karina Romer

La pénurie de gaz ou d’électricité qui menace la Suisse cet hiver pousse les Helvètes qui ont une cheminée à faire des provisions de bois. D’autant que le président de la Commission fédérale de l’électricité, Werner Luginbühl, vient de recommander dimanche dans la presse de faire des réserves, - tout comme pour les bougies - en cas de scénario catastrophe. Conséquence: les gardes forestiers redoutent des vols dans les forêts.

En effet, en Allemagne, les voleurs sont de plus en plus nombreux à roder dans les bois et à dérober des troncs d’arbres entiers. Certains viennent carrément en camion se servir. Pour l’instant, la Suisse est encore épargnée par le phénomène car les obstacles sont nombreux pour voler du bois en forêt avec une voiture. Mais cela pourrait changer.

Forte demande en bois de chauffage

En effet, le bois de chauffage est toujours plus demandé chez nous et commence à se faire rare. «La demande a fortement augmenté ces dernières semaines», explique à «20 Minuten» Markus Amhof, garde forestier et entrepreneur forestier dans le canton de Zoug. Or l’offre en bois est limitée car celui-ci doit être stocké au moins une année avant d’être vendu. Du coup, le professionnel pourrait avoir écoulé ses stocks fin octobre déjà. Il craint dès lors que les gens prennent tous les risques pour se servir en forêt si le bois n’est plus disponible dans les commerces.

Même son de cloche chez Thomas Studer, directeur d’une exploitation forestière dans le canton de Soleure. «Les réserves de bois fondent comme neige au soleil», indique-t-il. Lui aussi craint des vols ces prochaines semaines dans les forêts suisses. Il constate d’ailleurs que de nombreuses personnes se mettent déjà à ramasser les branches tombées au sol lors de leurs promenades…

Du vol qui peut être sanctionné

Que faire pour limiter la casse? Pas grand-chose, indiquent les deux professionnels, car les surfaces sous la responsabilité des gardes forestiers sont trop grandes pour être surveillées. Ils en appellent donc à la responsabilité citoyenne des Suisses. Selon eux, il arrive souvent que les gens appellent les gardes forestiers pour signaler des vols, un geste fort apprécié. Et de rappeler que la forêt n’est pas un self-service. Si l’on est pris en flagrant délit de vol, il y a des sanctions. «C’est du vol et c’est donc punissable», souligne Thomas Studer.

La ruée sur le bois a commencé

(cht)

Ton opinion

179 commentaires