Football: «Les gardiens sont victimes de la FIFA»

Actualisé

Football«Les gardiens sont victimes de la FIFA»

Le portier égyptien Essam El-Hadary (45 ans) s'est plaint, avec le sourire, de ces ballons qui changent tous les quatre ans.

par
Simon Meier
St-Pétersbourg
Essam El-Hadary n'apprécie guère le nouveau ballon utilisé par la FIFA dans ce Mondial.

Essam El-Hadary n'apprécie guère le nouveau ballon utilisé par la FIFA dans ce Mondial.

Keystone

A 45 ans, on prend les choses avec philosophie. Mais on n'a pas peur de les dire. Alors Essam El-Hadary, gardien d'une Égypte qui jouera déjà sa peau dans ce Mondial, ce soir à Saint-Pétersbourg contre la Russie, n'a pas pris de gants lorsqu'il fut interrogé sur la «qualité» du ballon utilisé lors du présent Mondial.

«Nous, les gardiens, sommes les victimes de la FIFA et du développement technologique permanent du football», a lancé l'ancien portier du FC Sion (2008-09), avec franchise mais sans amertume. «Tous les quatre ans, on change au profit des joueurs de champ et nous, on doit toujours s'adapter, travailler dur pour gérer ce paramètre. Et je peux vous dire que ces ballons ne sont pas toujours d'excellente qualité.»

Cet état de fait n'empêche pas le mythique portier des Pharaons - qui pourrait fêter sa 159e sélection ce soir, quand bien même Mohamed El-Shenawy s'est révélé au monde entier contre l'Uruguay - de prendre encore et toujours du plaisir. D'autant qu'il vit sa première Coupe du monde, lui qui était quand même un peu jeune lors de la dernière participation égyptienne, en 1990. «Nous sommes tous très heureux d'être en Russie pour ce Mondial, au même titre que tous nos compatriotes, au pays, qui attendaient ça depuis vingt-huit ans», a-t-il déclaré hier.

Celui que Christian Constantin avait surnommé le «Buffon d'Afrique» estime que l'équipe a digéré le revers concédé dans les dernières minutes face à l'Uruguay (0-1), lors de l'entrée en lice égyptienne. «Nous avons bien récupéré, nous sommes tous prêts (ndlr: y compris Mohamed Salah), physiquement et psychologiquement, pour ce match capital. J'espère que Dieu sera de notre côté.»

Une chose est certaine: ce dernier n'y est pour rien dans la nature des ballons utilisés.

Ton opinion