Genève - Les gares du Léman Express font grogner les usagers

Publié

GenèveLes gares du Léman Express font grogner les usagers

Un sondage de l’ATE pointe du doigt les défauts des stations du RER transfrontalier. Il relève aussi les succès du réseau, en matière de mobilité.

par
David Ramseyer
Pas de banc pour les passagers, sur les quais du Léman Express, à la gare de Champel.

Pas de banc pour les passagers, sur les quais du Léman Express, à la gare de Champel.

Laurent Guiraud/Tamedia

«Les gares du Léman Express devaient être des points d’attraction et des lieux de rencontre au centre de nouveaux quartiers. Ce n’est pas encore le cas», estime Caroline Marti, présidente de l’Association Transports et Environnement (ATE). La faute à des points noirs «qui n’incitent pas les passagers à s’arrêter dans les stations».

Le groupement a dévoilé mercredi les résultats d’une enquête menée auprès de 366 habitués du RER transfrontalier, qui ambitionne de transporter 50’000 voyageurs par jour. Un an et demi après son entrée en service, le réseau fonctionne à la satisfaction des sondés et remplit son rôle (cf. encadré); mais les aménagements, dans et autour des haltes, sont jugés «problématiques».

Pas évident de gagner les quais

Le manque de bancs et d’ascenseurs – ou leur disposition – rend la vie difficile aux seniors ou aux personnes en fauteuil roulant, notamment. «À Champel, par exemple, pour passer de la surface aux quais, il faut changer d’ascenseur», relève Caroline Marti. Des accès inadaptés aux WC, l’absence de rampe ou un nombre insuffisant de distributeurs de billets sur certains sites sont également pointés du doigt.

Le manque de signalétique est aussi critiqué, notamment pour se rendre aux arrêts TPG voisins. Enfin, les usagers interrogés par l’ATE estiment que vélos et piétons devraient pouvoir cheminer séparément sur le parvis des gares, pour des raisons de sécurité.

Manque d’anticipation

Le problème des ascenseurs démontre que certains besoins n’ont pas bien été anticipés, analyse Caroline Marti. «Il sera sans doute compliqué de remédier à ce problème, au contraire de la signalisation. Là, on peut sans doute vite rattraper le coup.»

L’association a joint à son rapport plusieurs dizaines de propositions pour améliorer la situation, en suggérant par exemple des lieux où installer des bancs ou de nouvelles signalisations.

Canton et CFF restent silencieux

Chargé d’une partie des aménagements extérieurs sous le feu des critiques, le Département cantonal des infrastructures a indiqué que n’ayant pas reçu le rapport de l’ATE, il n’entendait pas le commenter pour l’instant. Mais il a assuré que «de nombreuses améliorations avaient été amenées à la signalétique et au raccordement avec les TPG».

De leur côté, les CFF – responsables des aménagements intérieurs – ont indiqué n’avoir obtenu les résultats de l’enquête que mercredi après-midi, après les médias. «Difficile d’y répondre en détail sans l’avoir étudiée», a réagi Jean-Philippe Schmidt, porte-parole. La régie dit suivre de «très près» l’évolution du Léman Express: «Nous recueillons depuis le début les avis des usagers et cherchons toujours à améliorer ce qui peut l’être.»

Un RER «bénéfique»

L’offre «compétitive et attractive» du Léman Express, ses dessertes, ainsi que des cadences horaires «satisfaisantes» constituent les points forts du réseau, selon une grande majorité des personnes interrogées. «Je suis surprise en bien, avoue Caroline Marti. Il y a pourtant eu des débuts difficiles, avec une grève des cheminots français, fin 2019, puis un manque de conducteurs CFF et enfin la pandémie qui a fait baisser les fréquences et la fréquentation.» Pour les sondés, le contournement ferroviaire apporte beaucoup en matière de mobilité durable et constitue en cela «une infrastructure incontestablement bénéfique» pour la région.

Ton opinion

96 commentaires