Etats-Unis: «Les gays doivent pouvoir se marier»
Actualisé

Etats-Unis«Les gays doivent pouvoir se marier»

Le président des Etats-Unis Barack Obama s'est déclaré pour la première fois en faveur des mariages homosexuels, dans un entretien mercredi à la chaîne ABC.

Obama est sous pression pour clarifier ses positions sur le mariage gay.

Obama est sous pression pour clarifier ses positions sur le mariage gay.

«Pour moi, à titre personnel, il est important de dire que je pense que les couples du même sexe doivent pouvoir se marier», a-t-il affirmé.

M. Obama, qui devient ainsi le premier président des Etats-Unis en exercice à prendre une telle position, et ce à moins de six mois de la présidentielle, avait jusqu'ici adopté une attitude très ambiguë sur un sujet de société potentiellement explosif.

Pressions

Les pressions s'accumulaient sur le président Barack Obama pour qu'il clarifie sa position très ambiguë sur le mariage homosexuel, un sujet de société potentiellement explosif à moins de six mois de la présidentielle.

Depuis des mois, le président démocrate, qui s'était dit en faveur des partenariats civils en 2008, sans aller jusqu'à soutenir le mariage homosexuel, s'était contenté d'affirmer que sa position «était en train d'évoluer» à ce sujet.

Mais ni lui, ni son porte-parole Jay Carney n'avaient dévié de la langue de bois. M. Carney a encore dit lundi ne «pas avoir d'informations à donner» à ce sujet, bien que le vice-président Joe Biden ait jeté un pavé dans la mare dimanche en se prononçant pour la première fois en faveur de ces mariages.

A l'aise

«Je suis tout à fait à l'aise avec le fait que les hommes qui se marient avec des hommes, les femmes qui se marient avec des femmes et les hommes et les femmes hétérosexuels aient exactement les mêmes droits», a-t-il assuré au cours d'un entretien télévisé.

«Je suis vice-président des Etats-Unis. Le président définit la politique», a-t-il toutefois précisé, tandis que la Maison Blanche soulignait que M. Biden s'était exprimé à titre personnel.

Deux ministres de M. Obama, le secrétaire à l'Education Arne Duncan et le secrétaire au Logement et au Développement urbain, Shaun Donovan, ont eux aussi dit soutenir les mariages homosexuels.

Selon un sondage Gallup publié mardi, les Américains sont très divisés sur le bien-fondé de légaliser les mariages gays: 50% sont pour, et 48% contre.

Légal dans certains Etats

Les unions civiles entre partenaires du même sexe sont jusqu'ici légales dans sept Etats américains sur 50, outre la capitale Washington, mais une trentaine d'Etats ont en revanche adopté des amendements constitutionnels limitant le mariage à une union entre un homme et une femme.

Le 31e est devenu mardi la Caroline du Nord, dont 61% des électeurs se sont prononcés pour un tel amendement.

La Caroline du Nord est un Etat aux marches du Vieux Sud conservateur mais que M. Obama avait remporté en 2008 et sur lequel il compte pour essayer d'obtenir un second mandat de quatre ans le 6 novembre.

Signe de l'importance qui lui est accordée par les démocrates, leur convention présidentielle qui intronisera M. Obama y aura lieu du 3 au 7 septembre, dans la ville de Charlotte.

Visites régulières

En campagne pour sa réélection, M. Obama visite souvent des foyers de couples homosexuels organisant des réunions de levée de fonds. Lundi, le «Washington Post» a affirmé qu'un «gros donateur» sur six de la campagne de M. Obama était gay.

Le président est attendu jeudi à Los Angeles pour une réunion de levée de fonds au domicile de l'acteur George Clooney, non loin du quartier de West Hollywood, l'un des épicentres historiques de l'activisme en faveur des droits des homosexuels. Cet événement devrait lui permettre de rajouter plus de six millions de dollars à son trésor de campagne.

M. Obama mentionne systématiquement le fait qu'il a fait abroger en 2010 la loi qui obligeait depuis 1993 les militaires homosexuels à taire leur orientation sexuelle sous peine de renvoi. «Nous ne reviendrons pas aux jours où vous pouviez être exclu de l'armée américaine à cause de qui vous étiez ou de qui vous aimiez», a-t-il ainsi affirmé samedi dernier lors de ses premiers rassemblements électoraux. (afp)

L'Europe salue

La commissaire européenne en charge des Affaires intérieures Cecilia Malmström a salué mercredi d'un «yes we can» la prise de position du président Barack Obama en faveur du mariage homosexuel. «Yes we can», a-t-elle écrit sur son compte twitter, identifiant sa prise de position avec ses initiales.

«Le oui de Barack Obama au mariage entre personnes du même sexe est une prise de position importante», a-t-elle ajouté. Cecilia Malmström est suédoise et libérale.

Romney réaffirme son opposition

Le probable adversaire républicain de Barack Obama à l'élection américaine de novembre, Mitt Romney, a réaffirmé mercredi son opposition au mariage homosexuel après les déclarations du président en faveur des unions entre personnes du même sexe.

Mitt Romney, qui devrait être investi par son parti en août pour affronter M. Obama le 6 novembre, a indiqué sur une chaîne de télévision locale qu'il n'était «pas en faveur du mariage entre personnes du même sexe ni des unions civiles si elles ne diffèrent du mariage que par le nom».

Le candidat républicain, considéré au sein de son parti comme un modéré, a ajouté que «le droit de faire bénéficier le partenaire de certaines aides, ou le droit aux visites à l'hôpital, ainsi que d'autres choses dans ce genre, sont appropriées, mais pas le reste».

Le mariage homosexuel aux Etats-Unis : une législation disparate

La disparité des législations a été de facto permise par la loi de défense du mariage, signée par le président démocrate Bill Clinton en 1996, qui laisse aux 50 Etats américains la liberté de choisir tout en stipulant que l'Etat fédéral ne reconnaît le mariage que comme «une union légale entre un homme et une femme». Le mariage homosexuel ne peut donc être reconnu qu'au niveau des Etats.

Depuis 2004, six Etats l'ont approuvé : le Connecticut, l'Iowa, le Massachusetts, le New Hampshire, New York, le Vermont, auxquels s'ajoute la capitale américaine, Washington.

Les Etats de Washington et du Maryland ont voté en sa faveur mais des référendums à venir en suspendent l'application. La Californie a autorisé pendant cinq mois, en 2008, les mariages de même sexe mais une série de ripostes judiciaires, toujours en cours, ont renversé la décision.

Le mariage homosexuel a été approuvé dans le New Jersey mais son gouverneur républicain a opposé son veto. Un référendum, à l'initiative des groupes gays et lesbiens, se tiendra en novembre dans le Maine. Par ailleurs, huit Etats reconnaissent les unions civiles quel que soit le sexe des personnes concernées.

Selon une étude de l'Institut de Recherche Pew publiée fin avril, l'opinion a graduellement changé depuis 2001 en faveur du mariage homosexuel, ses partisans étant depuis 2011 majoritaires face à ses opposants. En 2001, 60% des personnes s'y opposaient contre 43% aujourd'hui, alors que 35% y étaient favorables contre 47% en 2012. Selon un sondage Gallup publié mardi, 50% des Américains estiment qu'il doit être légalisé aux Etats-Unis, contre 43% qui sont contre.

De l'autré côté, de nombreux Etats votent des lois de défense du mariage, pour interdire le mariage homosexuel ou faire reconnaître l'acte du mariage comme une union entre deux personnes de sexe opposé.

La Caroline du Nord est le 30e Etat du pays à avoir décidé d'inscrire l'interdiction du mariage entre deux personnes du même sexe dans sa Constitution, et huit autres ont fait de même au niveau législatif.

Pour rajouter au casse-tête, commence également à se poser la question du divorce dans un Etat qui ne reconnaît pas le mariage homosexuel, d'une personne de même sexe épousée dans un Etat qui le reconnaît. Là encore, les tribunaux sont à l'oeuvre, comme actuellement dans le Maryland.

Ton opinion