Actualisé 19.01.2012 à 14:37

Colère à GenèveLes gendarmes vont descendre dans la rue

Le ton monte encore d'un cran entre le syndicat des pandores genevois et sa magistrate de tutelle, Isabel Rochat, accusée de mentir. Une manifestation est prévue.

de
dti

«Trop c'est trop!». Christian Antonietti, est furieux. Le président du syndicat des gendarmes (UPCP) accuse Isabel Rochat de désinformation. «Face aux problèmes de recrutement que nous connaissons et à l'absence d'un responsable de la formation depuis 18 mois, elle accuse la police elle-même de ne pas avoir trouvé la perle rare. Elle ne dit pas la vérité et se déresponsabilise».

Pour l'UPCP, c'est la goutte d'eau qui fait déborder un vase déjà bien plein. «Le comité se réunira vendredi pour décider de la date de notre manifestation, précise Christian Antonietti. Nous allons signaler notre colère et notre ras-le-bol dans la rue».

Dans les colonnes de la «Tribune de Genève», la conseillère d'Etat affirme en effet que c'est au responsable des ressources humaines de la police de recruter pour ce poste. Ce dernier est occupé depuis juin 2010 par l'adjoint du responsable précédent. Il assure ces fonctions ad interim.

«Ce type de poste est du ressort et du choix unique du département de Madame Rochat, confie une source. De plus, il s'avère que la perle rare serait recherchée à l'extérieur de la police». Cette éventualité fait sourire un haut gradé. «Apprendre les métiers de la police par une personne qui n'y connait pas grand-chose, c'est un peu comme si un boulanger formait des plombiers pour leur apprendre à fabriquer du pain », ironise-t-il.

Le porte-parole d'Isabel Rochat n'était pas joignable.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!