Actualisé 11.11.2008 à 16:59

Impôts, loyers, maladie

Les Genevois croulent sous les frais

Appenzell Rhodes-Intérieures reste le canton le plus attrayant à l'aune du revenu librement disponible pour le contribuable, selon le Credit Suisse. Genève figure en dernière place du classement.

Le Jura fait toujours figure de premier romand, alors que Zoug est en train de perdre de son attrait.

Les 15 000 habitants du demi-canton des Rhodes-Intérieures demeurent donc les contribuables dont le porte-monnaie apparaît le mieux garni, une fois déduites toutes les dépenses obligatoires et charges. La raison provient avant tout d'une fiscalité modérée et du bas niveau des prix de l'immobilier.

Avec Nidwald, Appenzell Rhodes-Intérieures présente également les primes d'assurance-maladie les plus basses de Suisse. Parmi les gagnants du classement 2008, par rapport à 2006, publié mardi par le Credit Suisse, ressortent Obwald, Thurgovie, Soleure et Schaffhouse, suite à l'optimisation de leurs conditions fiscales.

Genève bon dernier

Côté romand, le Jura reste le canton le mieux classé, en dixième position nationale. Il devance le Valais (15e), Fribourg (16e), Neuchâtel (21e), Vaud (24e) et Genève, qui lui occupe une peu enviable dernière place, assez loin même derrière le 25e rang dévolu au demi-canton de Bâle-Ville.

La dernière place de Genève résulte, tout comme pour Bâle-Ville, des frais de logement élevés auxquels s'ajoutent une charge fiscale «considérable» et des coûts de la santé record. Berne, 20e, affiche un indicateur synthétique de zéro, ce qui en fait le canton autour duquel gravite les autres, graphiquement du moins.

Zoug en perte de vitesse

Le classement tord par ailleurs aussi le cou à la réputation de longue date revenant à Zoug. En effet, le canton de Suisse centrale perd de son attrait, selon le commentaire des économistes de la grande banque, qui ont relevé depuis 2006 davantage de personnes le quittant que de personnes s'y installant.

Le phénomène s'explique par une perte d'attrait pour la classe moyenne en particulier, en raison de la hausse «disproportionnée» des loyers et des prix de l'immobilier. Ces facteurs «rognent» du coup les avantages fiscaux qui ont fait connaître Zoug en Suisse comme à l'étranger.

Revenu marginal examiné

Autres canton ou demi-canton offrant des conditions d'imposition favorables, Schwyz et Nidwald souffrent eux aussi de la spéculation immobilière. Le Credit Suisse mentionne au titre des progressions Winterthour, la ville zurichoise à tradition industrielle ayant fait parler d'elle en passant cette année le cap des 100 000 habitants.

Les experts de la grande banque ont également calculé le montant dont les ménages disposent à chaque fois qu'ils gagnent un franc de plus, soit leur revenu marginal. Là, la moyenne nationale atteint 65 centimes, ce qui signifie que 35 centimes partent en impôts, prélèvements obligatoires et autres frais fixes.

Dans ce domaine, les Zougois tiennent toutefois encore le haut du classement avec 73 centimes disponibles, tandis que les Neuchâtelois le ferment avec 57 centimes seulement. Par rapport à 2006, Obwald, Lucerne et Bâle-Campagne présentent les plus nettes augmentations. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!