Ville de Genève - Les Genevois pourraient parrainer leurs arbres
Publié

Ville de GenèveLes Genevois pourraient parrainer leurs arbres

Le MCG propose d’associer la population à la plantation d’arbres via un financement et un suivi.

par
Léonard Boissonnas
Les Chaux-de-Fonniers ont parrainé des arbres pour des anniversaires, naissances, décès ou autres.

Les Chaux-de-Fonniers ont parrainé des arbres pour des anniversaires, naissances, décès ou autres.

Service des espaces publics de La Chaux-de-Fonds

«Un nom pour chaque arbre»: c’est l’intitulé d’une motion déposée par Luc Barthassat du Mouvement citoyens genevois (MCG) au Conseil municipal de la Ville. Le texte invite les autorités à proposer aux habitants et aux entreprises locales la possibilité de parrainer la plantation d’arbres au moyen d’une participation financière et d’un suivi. Une plaquette nominative serait posée à proximité. «En milieu urbain, cela peut être une petite fierté, expose l’élu. Cela peut créer un engouement, ce n’est pas difficile à organiser et cela peut participer au réveil des consciences.»

L’ancien conseiller d’État s’inspire d’une expérience menée à Bardonnex, au début des années 90: «Cela avait super bien marché, une centaine d’arbres avaient été parrainés, relate-t-il. Ce n’était pas pour gagner de l’argent, mais pour intéresser la population.»

Journées des parrains

Le parrainage, «symbolique», pourrait s’élever à «une centaine de francs» et pourrait aussi constituer la base d’un fonds pour planter davantage de végétaux. Pour le suivi, l’élu imagine une ou deux Journées des parrains par an, avec des interventions pédagogiques du Service des espaces verts. En cas d’abattage nécessaire, «cela peut être un crève-cœur, concède le MCG, mais on pourrait transmettre la plaquette lors du remplacement de l’arbre.»

Projet accepté à Onex

La motion, dont le traitement en urgence a été accepté lors de la dernière séance du Municipal, devrait passer en commission à la rentrée pour y être discutée. Les Verts veulent l’étudier en profondeur, car «on est vraiment sceptiques quant à sa mise en œuvre», explique le conseiller municipal Matthias Erhardt. Accoler une plaque nominale, «cela privatiserait en quelque sorte une action qu’on voit comme collective», objecte pour sa part Brigitte Studer, d’Ensemble à gauche. Pour le PDC Alain de Kalbermatten, «c’est une très bonne idée, mais il faut définir un cadre précis et que les règles soient claires, car qui paie commande». Michèle Roullet du PLR, elle, y voit un projet «farfelu» qui «surfe sur une vague populiste»: «Sur le domaine public, vous ne pouvez pas planter des arbres partout.» Le MCG vise à faire passer le même texte dans d’autres communes, comme à Onex, où il vient d’être accepté.

Entre 1000 et 20’000 francs en Ville

Le prix d’un arbre dépend notamment du lieu où il est planté, selon s’il s’agit d’un parc ou d’un contexte urbain nécessitant de creuser. La fourchette de prix est comprise entre 1000 francs et 20’000 francs. Depuis une année, la Ville de Genève a planté 533 arbres, dont la majeure partie dans les parcs: «Trouver des lieux en milieu urbain devient de plus en plus difficile», précise Anne Bonvin Bonfanti, conseillère de direction en charge de la communication du Département des finances, de l’environnement et du logement de la Ville de Genève, qui rappelle que des projets de microforêts impliquant la participation des habitants vont éclore à l’automne ou en hiver.

Arbres parrainés à La Chaux-de-Fonds


À La Chaux-de-Fonds (NE), le parrainage d’arbres existe depuis 1988. L’idée était venue quand il avait fallu abattre tous les ormes des parcs Gallet et des Crêtets à la suite d’une maladie, ainsi que certains arbres lors de différentes tempêtes, comme Lothar, explique Stefano Ballestrin, adjoint du secteur vert du Service des espaces publics. Depuis, 144 parrains ont financé au total près de 200 arbres. Le prix, libre, tourne autour de 300-400 francs. «On offre les soins, et si un arbre meurt, on le remplace à nos frais», précise le fonctionnaire. Son service enregistre quatre à cinq demandes par an.

Ton opinion

49 commentaires