Actualisé

EmploiLes Genevois préférés aux frontaliers

Une étude de l'Observatoire universitaire de l'emploi conclut que les patrons privilégient les candidatures des résidents du canton.

par
jef
Le professeur d'économie Yves Flückiger dirige l'Observatoire universitaire de l'emploi.

Le professeur d'économie Yves Flückiger dirige l'Observatoire universitaire de l'emploi.

Les employeurs genevois ont tendance à embaucher local. C'est la conclusion d'une étude empirique menée par l'Observatoire universitaire de l'emploi, dirigé par l'économiste Yves Flückiger. L'enquête, rendue publique par la «Tribune de Genève», démontre que les curriculum vitae envoyés par des frontaliers rencontrent moins de succès que ceux transmis par les résidents du cru.

Pour arriver à leurs fins, les chercheurs ont répondu à 130 annonces postées sur jobup.ch entre octobre 2010 et octobre 2011. Quatre CV fictifs ont été transmis pour chacune d'elles: ceux d'un résident genevois en activité, d'un résident genevois au chômage, d'un frontalier en activité et d'un frontalier au chômage. Résultat, un habitant de France voisine sur sept a été contacté, contre une personne domiciliée dans le canton sur quatre.

Chômeurs favorisés dans certains cas

Selon cette méthode, le chômeur est préféré au candidat en activité. Ce dernier résultat s'est inversé lorsque les universitaires ont demandé à 195 responsables des ressources humaines de classer les CV par ordre de préférence. Les Genevois arrivent toujours en tête, mais ceux en activité devancent les chômeurs.

Au total, l'Observatoire a testé 520 CV différents dans six domaines professionnels: la vente, le secrétariat et la réception, la restauration, la manutention, la sécurité et les soins infirmiers.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!