Mobilité: Les Genevois vont rouler en vélib' dès novembre
Actualisé

MobilitéLes Genevois vont rouler en vélib' dès novembre

Un projet privé de vélo en libre service se concrétise enfin. Celui du Canton patauge encore.

par
Marine Guillain
Né à Bienne, le projet Velospot est déjà implanté dans six régions de Suisse.

Né à Bienne, le projet Velospot est déjà implanté dans six régions de Suisse.

Les amateurs de petite reine pourront bientôt pédaler le cœur léger. Le concept Velospot, lancé par une société suisse alliée au TCS, sera fonctionnel dans deux mois sur les communes de Meyrin et Vernier. Entre 150 et 200 vélos y seront à disposition, dans quelque 45 stations. Les autres communes suivront d'ici le 1er mai 2016: Genève, Carouge, Lancy, Onex, et peut-être le Grand-Saconnex, pour un total de 1150 deux-roues dans 125 stations. Un service identique existe déjà à Bienne, Neuchâtel ou la Chaux-de-Fonds. De son côté, le Canton promet le lancement d'un projet public d'ici l'été prochain.

«Le projet privé ne répond pas tout à fait à nos attentes, note Lisa Mazzone, présidente des Verts genevois. Il faudrait que le système de vélib' soit bien relié avec le réseau des transports publics, grâce à des vélos stations proches des arrêts de bus et à des offres de billets combinés.» Les deux-roues de Velospot seront stationnés sur des places à vélo déjà existantes ou à créer et il faudra utiliser au choix son smart phone ou une carte pour les déverrouiller. L'abonnement annuel coûtera autour de 80 fr.

«Les deux projets sont différents et j'espère que celui-là incitera le Conseil d'Etat à bouger, poursuit la Verte. Je suis fatiguée de leur torpeur, il y a un engouement de la population et il faut vraiment avancer maintenant.»

Le Canton avance, très lentement mais sûrement

Voilà dix ans que la saga du vélib' divise les autorités genevoises. Il a été refusé trois fois en commission. Les débats sur son coût, sa faisabilité, le système idéal à adopter font stagner le dossier. Mais il va y avoir du changement, promet le département des transports. En octobre, une mise en concurrence pour une concession sera lancée. Une entreprise sera choisie pour ficeler le projet vélib' et en assumer les coûts financiers. Cela pour répondre aux contraintes budgétaires de l'Etat, qui n'aura plus un sous à mettre, précise le département. Celui-ci envisage une mise en fonction des vélos en libre-service d'ici l'été 2016.

Ton opinion