Mobilité: Les Genevois voteront sur la traversée du lac
Actualisé

MobilitéLes Genevois voteront sur la traversée du lac

La majorité de droite du Grand Conseil a approuvé une initiative soumettant au peuple le principe de la traversée autoroutière.

(Image d'illustration)

(Image d'illustration)

photo: Keystone

Les Genevois seront appelés à voter une nouvelle fois sur une traversée du lac. Après le refus de l'initiative UDC pour une traversée de la rade, le PLR a lancé une initiative pour une grande traversée autoroutière du lac permettant l'achèvement du contournement de Genève. Le texte prévoit uniquement d'approuver ce principe, il ne soumet aucun projet concret au peuple.

Le débat du Grand Conseil jeudi soir a donné un bon aperçu de la campagne de votation qui aura lieu dans le courant de l'année. La gauche rejette un projet - tunnel ou pont - qu'elle juge passéiste, inutile et coûteux, tandis que la droite le plébiscite au nom du désengorgement du centre de Genève et du développement économique de la région.

Dérogation fédérale

Cette initiative constitutionnelle avait récolté quelque 11'700 signatures. Afin d'accélérer la réalisation de cette grande traversée, un partenariat avec le secteur privé est envisagé «parallèlement au mode de financement prévu par la Confédération».

Or Berne ne place pas cet ouvrage parmi ses priorités, a rappelé le Vert Mathias Buschbeck. En revanche, l'Office fédéral des routes (OFROU) est favorable à un élargissement de l'autoroute de contournement entre Coppet (VD) et Bardonnex pour 1,5 milliard de francs. Quant à la mise en place d'un péage pour traverser, elle nécessiterait une dérogation au droit fédéral.

«Gouffre à milliards»

Pour le député d'Ensemble à Gauche Pierre Vanek, il faut refuser d'inscrire dans la Constitution un projet inabouti estimé entre 1,5 et 5 milliards de francs par le canton. «C'est de la gesticulation démagogique», a-t-il critiqué. Il a été rejoint par le socialiste Thomas Wenger pour qui la traversée du lac est «un gouffre à milliards dont l'Etat ne se remettra pas».

En matière de mobilité, la traversée va générer un surcroît de trafic, a avancé la gauche, favorable au développement des transports publics et de la mobilité douce. L'utilité de la traversée dépendra du développement de la rive gauche du canton, à l'horizon 2030-2040. Or les communes de cette région, constituée de zones villas et agricoles, s'opposeront à une densification.

Mobilité globale

Le MCG Eric Stauffer a soutenu que Genève, canton contributeur à la péréquation financière intercantonale, doit être unanime face à la Confédération pour obtenir des financements fédéraux. «Si vous mettez un projet contre un autre, Genève ne fera jamais rien», a-t-il plaidé.

Le PLR Jean Romain a fait valoir pragmatisme de droite contre idéologie de gauche. Le compromis sur la mobilité, adopté par le parlement au début du mois de décembre, n'est bon que si le contournement de Genève est achevé, a-t-il souligné. La traversée permettra de sortir le trafic de transit du centre-ville. Or les bouchons coûtent cher à l'économie, a précisé le PLR Daniel Zaugg. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion