Actualisé

BlessuresLes genoux sont le point faible en cas d'accident

Un peu plus de 3% des skieurs et snowboarders domiciliés en Suisse sont victimes d'une blessure nécessitant des soins. Les genoux et les épaules sont les parties du corps les plus fréquemment atteintes.

C'est ce qu'indique mardi le Bureau de prévention des accidents (bpa). Se basant sur différentes sources de données, le bpa a établi que plus de 1,7 million de skieurs et 350'000 snowboarders entre 10 et 75 ans pratiquent leur sport pendant 10 jours en moyenne par an. Soixante-six mille d'entre eux (3,2%) se blessent chaque année si grièvement dans des domaines skiables helvétiques ou étrangers qu«ils doivent recevoir un traitement médical.

Par catégorie, cela représente 51'000 skieurs (3%) et 15'000 snowboarders (4,3%). Environ 6% des blessures sont considérées comme graves et entraînent une absence professionnelle d«au moins 90 jours.

Selon la dernière analyse des transports de blessés, que le bpa réalise chaque année en collaboration avec les Remontées Mécaniques Suisses (RMS), huit accidents sur dix se produisent sur les pistes de ski. Une grande partie des blessures est due à des chutes.

Depuis des années, les collisions de personnes sont plutôt rares. Elles représentent 6 à 9% des accidents pour le ski et 3 à 6% pour le snowboard.

Nouvelles fixations

Les lésions à la tête, qui concernent 15% des skieurs accidentés, sont particulièrement lourdes de conséquences. Mais comparativement, les blessures aux genoux sont nettement plus fréquentes (35%). Concernant ces dernières, le bpa souligne l'importance d'un bon système de fixations.

Malgré d«intenses travaux de recherche et de développement menés depuis des années, aucune technologie apportant une contribution notable à la réduction des blessures aux genoux n«est parvenue à s«établir sur le marché. Or le développement de fixations mécatroniques représenterait un réel progrès en la matière, selon le bpa qui y est associé.

Pareilles fixations traitent des signaux électroniques, comme des informations sur la vitesse du skieur ou les forces qui s«exercent. Elles veillent ainsi à ce que la chaussure se sépare du ski en temps opportun et de façon appropriée en cas de surcharge du genou. Les premiers prototypes de ces fixations dites intelligentes sont disponibles. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!