Suisse romande: «Les gens n’ont pas compris que le canton de Vaud sera coupé en deux»
Publié

Suisse romande«Les gens n’ont pas compris que le canton de Vaud sera coupé en deux»

Dans trois semaines, le Tour de France vivra deux étapes en terres helvétiques. En marge de la fête, il faut s’attendre à d’importantes perturbations.

par
Xavier Fernandez
Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police vaudoise, se prépare à accueillir le Tour de France (photo d’illustration).

Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police vaudoise, se prépare à accueillir le Tour de France (photo d’illustration).

20min/Sébastien Anex

Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police vaudoise, est inquiet. Les 9 et 10 juillet, soit dans trois semaines, deux étapes du Tour de France se disputeront en Suisse romande. «Mais quand j’en parle avec mon entourage, je constate que les gens n’ont pas encore compris que le canton de Vaud sera coupé en deux, une bonne partie du samedi. En gros, les seuls axes permettant d’aller d’un côté à l’autre seront l’autoroute et le chemin de fer. Et dimanche, ce sera compliqué également sur Fribourg et le Valais. Tous ceux qui prévoient d’aller quelque part feraient bien de réfléchir à comment ils vont s’y prendre», prévient celui qui est en charge de la coordination entre les polices impliquées dans l’encadrement de la course cycliste, lorsque celle-ci traversera la Suisse romande. Le policier va même plus loin: «Ceux qui habitent le long des parcours ne pourront pas sortir de chez eux, du moins pas en voiture.»

Le fait est qu’il y a une grande différence entre le Tour de France et les autres courses cyclistes. D’ordinaire, les routes ne sont coupées que le temps nécessaire au passage des coureurs, soit une heure, voire moins. Là, elles le seront environ quatre heures avant le passage du peloton et jusqu’à 30 minutes après celui du dernier coureur. «Le problème, c’est la caravane du Tour. Ce sont des véhicules comme on peut en voir à carnaval. Ils ne sont pas autorisés à circuler sur route ouverte», explique Jean-Christophe Sauterel.

La logistique des services de secours devra aussi être revue. Les ambulanciers et les pompiers, par exemple, ne seront pas davantage autorisés à circuler que les autres. «Tout le dispositif de sécurité sera détaillé le 4 juillet en conférence de presse. L’objectif est de pouvoir intervenir sur tout le territoire, dans un temps acceptable, dévoile-t-il. Mais bon, c’est la quatrième fois en vingt ans que le Tour passe par chez nous. On sait ce qu’on doit faire, même si nous n’avions jamais eu autant de kilomètres, plus une ville d’arrivée et une ville de départ.»

Des gendarmes français sur les routes suisses

Les fermetures des 9 et 10 juillet

Ton opinion

224 commentaires