Actualisé 26.06.2008 à 14:34

Les goûts musicaux de Barack Obama

Bob Dylan, Yo-Yo Ma, Sheryl Crow et Jay-Z ont un point commun: ces artistes figurent tous en bonne place sur l'iPod de Barack Obama.

«J'ai des goûts assez éclectiques», confie le prétendant démocrate à la Maison Blanche dans un entretien devant paraître vendredi dans Rolling Stone.

Dans les années 1970, Obama dit avoir écouté les Rolling Stones, Elton John et Earth, Wind & Fire. A cette époque, Stevie Wonder était son héros musical. Et de tous les titres de Mick Jagger et ses acolytes, «Gimme Shelter» est son préféré.

La «playlist» du sénateur noir de l'Illinois comprend ces musiciens, en plus d'une trentaine de chansons de Dylan et de l'album «Blood on The Tracks» de l'artiste. Les légendes du jazz Miles Davis, John Coltrane et Charlie Parker sont également présents.

Il aime Dylan et Springsteen qui le lui rendent bien

«En fait, l'un de mes préférés pendant la saison politique est 'Maggie's Farm'», déclare Obama en référence à l'un des morceaux de Dylan. «Il me parle quand j'écoute une certaine rhétorique politique». Dans cette chanson, Dylan évoque la tentative d'être soi-même, mais, lance-t-il dans ce titre, chacun veut que vous soyez comme lui.

Plusieurs musiciens présents sur l'iPod d'Obama soutiennent sa candidature à l'élection présidentielle de novembre, dont Bruce Springsteen, une «icône» aux yeux du sénateur, au même titre que Bob Dylan, qui a déclaré ce mois-ci à un quotidien britannique que le rival de John McCain pourrait apporter le changement aux Etats-Unis.

Si Barack Obama n'a pas rencontré le Boss, les deux hommes se sont entretenus par téléphone. «Non seulement j'aime la musique de Bruce, mais je l'aime simplement en tant que personne», dit-il. Il n'a «jamais oublié ses racines», il «sait qui il est».

Obama inquiet: ses filles écoutent du rap

Interrogé sur le rap, Obama observe que ce genre musical a fait tomber des barrières dans le monde de la musique, tout en s'inquiétant que ses filles, Sasha, sept ans, et Malia, neuf ans, en écoutent.

«Je suis parfois inquiet de la misogynie et du matérialisme de beaucoup de paroles rap», souligne-t-il, «mais je pense que le génie de cette forme d'art a changé la culture». Pour lui, le producteur Russell Simmons ainsi que les rappers Jay-Z et Ludacris sont «de grands talents et de grands hommes d'affaires».

«Ce serait bien si mes filles pouvaient écouter leur musique sans que je m'inquiète qu'elles aient une mauvaise image d'elles-mêmes», explique-t-il.

(ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!