Aéroport de Genève: Les grévistes de Swissport plus déterminés que jamais
Actualisé

Aéroport de GenèveLes grévistes de Swissport plus déterminés que jamais

Le conflit qui oppose depuis neuf jours les bagagistes de Swissport et la direction de l'entreprise est toujours dans l'impasse à l'aéroport de Genève.

Les grévistes ont montré leur détermination en se rendant en cortège à Cointrin.

Samedi après-midi, une centaine de grévistes de Swissport et autant de sympathisants selon la police, ont défilé depuis le piquet de grève de la zone fret jusqu'à l'entrée du terminal. Une vingtaine de policiers les ont empêché d'entrer.

S'exprimant tour à tour devant les portes de l'aérogare, des représentants des syndicats SIT, Unia, de la Communauté genevoise d'action syndicale, du Cartel syndical de la fonction publique et de plusieurs partis politiques, sont venus encourager les bagagistes dans leur lutte.

Dérégulation du marché aérien

«On a derrière nous une semaine dure pour les grévistes», a rappelé Stefan Giger, secrétaire national du syndicat des services publics (SSP), qui encadre le mouvement à l'Aéroport international de Genève (AIG).

«Cette grève s'inscrit dans un contexte mondial de dérégulation du marché aérien qui exacerbe une concurrence meurtrière entre les entreprises», a-t-il ajouté. D'autres métiers comme le catering et le nettoyage ont été appelés à se mobiliser.

Intempéries perturbatrices

Contacté dimanche par l'ATS, Stefan Giger a précisé que la seule action prévue pour la journée était une permanence au piquet de grève.

«Le conflit social n'a aucunement perturbé le trafic de l'aéroport», a pour sa part indiqué Bertrand Stämpfli, porte-parole de l'AIG. Ce dernier «a subi en revanche fortement les intempéries».

Vers une nouvelle rencontre

Une rencontre, qui n'était pas encore agendée dimanche, devrait à nouveau réunir les différentes parties en début de semaine. Elle se déroulera à nouveau en présence du conseiller d'Etat genevois François Longchamp, en charge du Département de la solidarité et de l'Emploi.

M. Longchamp a invité les partenaires sociaux à poursuivre leurs réflexions et leur dialogue. Ils seront convoqués «pour analyser l'évolution de leurs positions», précise un communiqué du canton.

La reprise du dialogue s'annonce déjà difficile. Soutenus par le syndicat SSP, les grévistes réclament une revalorisation salariale de 250 francs par mois, alors que la direction de Swissport a proposé une hausse mensuelle de 140 francs. Pour l'heure, aucune issue ne se profile encore.

Les employés grévistes - 90 selon le SSP, 25 selon la direction - réclament une «convention collective de travail plus forte», une revalorisation du travail irrégulier de nuit comme des week-ends et une suppression des pénalités en cas de maladie.

De son côté, la direction de Swissport estime les exigences salariales des grévistes sans lien avec la réalité économique du secteur aérien. «Il existe une convention collective de travail acceptée par une large majorité du personnel de l'entreprise», a rappelé dimanche Stefan Beerli, porte-parole de Swissport. (ats)

Ton opinion