Actualisé 03.10.2006 à 23:54

Les gros salaires échappent aux filles

Une étude du Département des finances fait le bilan de dix ans de loi sur l'égalité. Les femmes sont clairement discriminées.

Une décennie a passé depuis l'entrée en vigueur de la loi fédérale sur l'égalité des sexes. A Genève, une étude montre que les progrès se font attendre. Dans le secteur privé genevois, les femmes représentent 43% des salariés, mais seulement 19% des cadres supérieurs et 14% des personnes gagnant plus de 15 000 fr. par mois.

Cette rareté des femmes au sommet de la pyramide des rémunérations est connue sous le nom de «plafond de verre». Lorsqu'elles y accèdent, leur salaire est bien inférieur à celui de leurs collègues masculins. L'écart peut atteindre 29%. Les cadres supérieurs féminins ne peuvent accéder aux métiers les plus rémunérateurs comme ceux de la stratégie d'entreprise, du conseil en placement ou du marketing.

C'est «le mur de verre»: les femmes atteignent les sommets uniquement dans les secteurs à dominante féminine (soins médicaux, assistance sociale ou pédagogie). Lorsqu'il est question des temps partiels, l'égalité salariale est rétablie. Mais elle est discriminante pour les deux sexes.

Shahin Ammane

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!