Les Hallyday de retour en France
Actualisé

Les Hallyday de retour en France

La victoire de Nicolas Sarkozy et la promesse d'un bouclier fiscal ramené à 50% inciteraient le couple Hallyday à quitter leur exil fiscal suisse.

Johnny Hallyday, qui s'était exilé à Gstaad (BE) pour des raisons fiscales, reviendra «certainement» en France après l'élection de Nicolas Sarkozy, a annoncé sa femme Laetitia. La station de l'Oberland bernois n'est pas au courant d'un éventuel départ.

«La politique de Nicolas Sarkozy va faire qu'on va certainement revenir en France», a déclaré Laetitia à la radio RTL dans une interview enregistrée lundi soir. Elle a rappelé que le président élu «veut mettre le bouclier fiscal à 50 %», contre 60 % actuellement.

Parlé avec Sarkozy

Le «bouclier fiscal» est une mesure fiscale pays visant à plafonner le montant maximum de certains impôts payés par certains contribuables.

Interrogée à plusieurs reprises sur leur retour éventuel, Laetitia a répondu «oui», «certainement». Selon elle, Johnny Hallyday a parlé de ses projets avec Nicolas Sarkozy dimanche soir, après l'annonce des résultats de l'élection.

«On aime notre pays, on aime la France, (...) Johnny appartient à la France», a souligné Laetitia en disant «comprendre ce que les Français ont pu ressentir» à l'annonce du départ du chanteur. Mais «aujourd'hui, la fiscalité en France est inacceptable», a-t-elle ajouté.

«Pas très grave»

Le couple s'est installé en décembre à Gstaad, où il était censé passer six mois et un jour par an, afin de bénéficier d'un forfait fiscal. Cet exil a suscité des vagues en France où le chanteur a été cependant défendu par Nicolas Sarkozy qu'il soutenait en tant que candidat de droite à l'élection présidentielle.

Andreas Hurni, le maire de Saanen - commune à laquelle appartient Gstaad - a fait part mardi de son étonnement sur les ondes de la Radio suisse romande (RSR) et a dit ne pas être au courant d'un départ imminent. «C'est peut-être une option pour l'année prochaine», a-t-il estimé.

«Je ne pense pas que ça soit très grave», a-t-il poursuivi. «Certaines personnes viennent, d'autres partent», a relativisé le maire, affirmant que de nombreuses personnes habitaient dans la communes, y passaient leurs vacances et y bénéficiaient de forfaits fiscaux. «L'image de Gstaad ne dépend pas de Johnny», a-t-il affirmé.

Johnny en exilUploaded by pierif

(ap)

Ton opinion