Actualisé 24.03.2015 à 20:44

Crash en France

Les hélicos ont arrêté le survol de la zone

Les appareils de la gendarmerie française ont quitté dès la nuit tombée les lieux de l'accident d'avion, dans lequel 150 personnes sont décédées, mardi, dans les Alpes françaises.

1 / 124
20.05 Le président de l'ordre allemand des médecins estime que la la compagnie Lufthansa a «failli» en ne contrôlant pas Lubitz.

20.05 Le président de l'ordre allemand des médecins estime que la la compagnie Lufthansa a «failli» en ne contrôlant pas Lubitz.

AFP/Christof Stache
04.04 Des proches de victimes du crash de la Germanwings sont outrés par le faire-part de remerciements des parents du copilote Andreas Lubitz. Ils y clament leur amour pour leur défunt fils et leurs «peur et incompréhension» sans pour autant évoquer directement le drame ni les 149 victimes.

04.04 Des proches de victimes du crash de la Germanwings sont outrés par le faire-part de remerciements des parents du copilote Andreas Lubitz. Ils y clament leur amour pour leur défunt fils et leurs «peur et incompréhension» sans pour autant évoquer directement le drame ni les 149 victimes.

23.03 A la veille de l'anniversaire du crash de la Germanwings, des proches des 149 victimes se sont réunis mercredi à Barcelone et à Düsseldorf, points de départ et destination de l'avion que le copilote avait précipité sur une montagne en France.

23.03 A la veille de l'anniversaire du crash de la Germanwings, des proches des 149 victimes se sont réunis mercredi à Barcelone et à Düsseldorf, points de départ et destination de l'avion que le copilote avait précipité sur une montagne en France.

Albert gea

«On a laissé sur place cinq gendarmes qui ont été hélitreuillés», a précisé à l'AFP le lieutenant-colonel Jean-Marc Ménichini. Il a indiqué que la boite noire récupérée avait été repérée «en survol, parce qu'elle bippait».

Le processus de récupération des corps s'annonce long, au vu des problèmes d'accès à la zone. Les Etats-Unis et la Russie ont proposé leur aide à la France pour ces opérations.

«Les difficultés que nous rencontrons, c'est de geler la scène de la catastrophe dans un milieu particulièrement hostile, bientôt sous la neige, sous la pluie», a déclaré le général de gendarmerie David Galtier. «C'est une scène très difficile d'accès à laquelle on accède uniquement par hélitreuillage, et ensuite il y aura des caravanes à pied.» Les hélicoptères des secours ont cessé de survoler la zone à la nuit tombée.

Pentes abruptes

La catastrophe s'est produite dans un massif montagneux aux pentes abruptes, inaccessible aux véhicules et qui culmine à plus de 2000 mètres d'altitude. Les débris s'étalent sur une zone de plusieurs kilomètres carrés.

Les premières images prises d'hélicoptères (voir diaporama ci-dessus) montrent ainsi des morceaux de carlingue avec des hublots bien visibles. D'autres parties de l'avion sont minuscules, laissant penser qu'il s'est désintégré lors du choc avec les parois rocheuses.

Cent cinquante personnes sont mortes lors du crash mardi dans les Alpes françaises d'un Airbus A320 de la compagnie allemande low-cost Germanwings reliant Barcelone (Espagne) à Düsseldorf (Allemagne), «un accident» selon la maison mère Lufthansa.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!