Genève: Les hommes du feu ne se déplaceront plus à l'œil
Actualisé

GenèveLes hommes du feu ne se déplaceront plus à l'œil

Les pompiers volontaires peuvent désormais facturer sept types d'interventions jusque-là gratuites.

par
Didier Tischler

Le Conseil d'Etat l'a annoncé cette semaine. Souvent appelés pour des missions anecdotiques (voir l'Info-Box), les pompiers volontaires des communes genevoises pourront faire payer leurs interventions. Celles-ci seront facturées au minimum 100 fr. et pourront aller jusqu'à 5000 fr. selon les cas.

«Un déplacement de plombier étant facturé, les gens ont pour habitude de téléphoner au 118 pour un WC qui déborde», témoigne Thierry Apothéloz, conseiller administratif en charge du dossier à Vernier. Pour autant les 1500 pompiers volontaires du canton (pour 180 professionnels) garderont leur rôle philanthropique. «Nous allons prendre en compte l'aspect social des interventions avant de facturer ou non», ajoute l'élu. Selon lui, plus de 80% des interventions communales sont d'ailleurs de cet ordre.

Pour la Ville de Genève, plus grande commune du canton, l'entrée en vigueur du nouveau règlement ne change rien. «Ce type d'intervention est déjà en partie facturé, confirme Raymond Wicky, chef du Service d'incendie et de secours (SIS).» Reste aux personnes habitant hors ville de Genève, soit la moitié de la population cantonale, à bien réfléchir avant d'appeler le 118.

Les «sept péchés capitaux»

Ascenseur en panne et ouverture de porte, récupération d’insectes, d’autres animaux ou d’objets, levage et treuillage, inondation non naturelles, chute de matériaux non imputable au temps qu’il fait et déclenchement erroné d’alarmes automatiques sont le lot quasi quotidien des pompiers.

Ces interventions sont ainsi devenues les «sept péchés capitaux» à ne plus commettre. Elles pourront être facturées.

Ton opinion