Coûts de la santé: Les hôpitaux encore pointés du doigt

Actualisé

Coûts de la santéLes hôpitaux encore pointés du doigt

Les hôpitaux ont été une fois encore l'an dernier les principaux responsables de la hausse des coûts de la santé.

Et selon santésuisse, aucun revirement de tendance n'est en vue pour cette année. L'association faîtière des caisses maladie réclame une gestion plus efficace de la spirale des coûts plutôt qu'une pression sur les prix et une augmentation des volumes.

En 2008, la hausse des coûts par assuré dans l'assurance obligatoire des soins (AOS) a atteint 5,4% et a ainsi dépassé le taux de l'année précédente qui se montait à 3,8%, a expliqué mardi lors d'une conférence de presse à Berne le directeur de santésuisse Stefan Kaufmann. Il faut remonter à l'an 2000 pour trouver une hausse plus importante (7,3%). Au total, les assureurs-maladie ont versé l'an dernier 23,5 milliards de francs, ou 3.077 francs par assuré.

Les hôpitaux sont une fois de plus le générateur de coûts le plus important avec un montant de 9,2 milliards de francs. La forte croissance de 12,7% du secteur hospitalier ambulatoire a coûté 400 millions de plus à l'AOS, soit deux points sur les primes. Les coûts du secteur hospitalier stationnaire ont quant à eux augmenté de 200 millions de francs. Avec cette hausse, les primes de l'année 2008 auraient dû augmenter de 3% rien que pour couvrir l'augmentation des coûts hospitaliers à la charge de l'assurance obligatoire de soins.

Médicaments aussi

Les dépenses pour les médicaments remboursés ont aussi augmenté. Les prestations brutes pour les médicaments (pharmacies et autodispensation dans les cabinets médicaux) ont grimpé de 4,7% par assuré, à 4,8 milliards de francs. La croissance chez les médecins (4,8%) a été quasi identique à celle des pharmacies (4,7%). La baisse de prix appliquée par l'Office fédéral de la santé publique le 1er mars 2008 a donc été compensée par une croissance des volumes.

La croissance des coûts des laboratoires de 8,6% par assuré est largement supérieure à la moyenne, relève santésuisse. La baisse des tarifs de laboratoires décidée par le Conseil fédéral était donc absolument nécessaire, estime l'association faîtière. Les coûts des prestations remboursées ont en outre progressé de 4,2% pour les EMS et de 6,8% pour les soins à domicile.

Secteur ambulatoire

Aucun revirement de tendance n'est en vue pour cette année et la spirale des coûts a repris l'ascenseur, a encore souligné Stefan Kaufmann. Ainsi, les prestations brutes décomptées par assuré de janvier à juillet 2009 ont augmenté de 4,1% par rapport à la même période de 2008. Les coûts de l'assurance obligatoire des soins devraient donc croître de 3 à 5% en 2009. Il faut s'attendre à une croissance supérieure à la moyenne notamment dans la catégorie des soins hospitaliers ambulatoires et des organisations d'aide et de soins à domicile.

«Si les coûts augmentent, les primes doivent augmenter», estime Stefan Kaufmann. Les politiques et les autorités ne devraient pas pointer du doigt la hausse des primes, mais plutôt combattre les causes de la hausse des coûts. Selon le directeur de santésuisse, le secteur hospitalier est le premier visé. Les jalons sont déjà posés dans le secteur stationnaire grâce au nouveau financement des hôpitaux. Mais il faut aussi agir dans le secteur hospitalier ambulatoire dont les coûts ne cessent de grimper depuis des années. (ap)

Ton opinion