05.11.2020 à 15:53

CoronavirusLes hôpitaux romands sont presque saturés

Certains patients sont désormais transférés vers des établissements alémaniques moins encombrés afin de soulager les hôpitaux romands.

Le personnel soignant est «très touché» par le virus et «fatigué» après les efforts consentis ces derniers mois.

Le personnel soignant est «très touché» par le virus et «fatigué» après les efforts consentis ces derniers mois.

KEYSTONE

Les hôpitaux romands continuent de résister comme ils peuvent face à la seconde vague du coronavirus. Ils reconnaissent toutefois être débordés.

«Nos hôpitaux sont au bord de la saturation. C’est incroyable que cela arrive en Suisse, mais c’est bien ce que nous sommes en train de vivre», raconte Julien Ombelli, directeur médical à l’hôpital d’Yverdon, interrogé par Keystone-ATS.

Face à l’afflux massif de nouveaux patients, «l’ouverture de nombreux lits supplémentaires ne suffit pas», confirme Dumeng Décosterd, médecin-chef des soins intensifs de l’hôpital de Pourtalès à Neuchâtel.

A cela s’ajoute le manque de personnel soignant, «très touché» par le virus et «fatigué» après les efforts consentis ces derniers mois, souligne le Dr Ombelli. «Le taux d’absentéisme augmente», constate-t-il.

Pour se donner un peu d’air, les hôpitaux romands peuvent compter sur une coordination intercantonale jugée excellente, «contrairement à la première vague», note le Dr Décosterd. Mais là aussi, cela ne suffit plus. D’où le transfert désormais de certains patients vers des hôpitaux alémaniques moins encombrés.

A ce titre, le médecin du Réseau hospitalier neuchâtelois se réjouit que le conseiller fédéral Alain Berset ait remis à l’ordre mercredi les hôpitaux alémaniques qui pratiquent encore des opérations électives non urgentes.

Devenus impératifs, ces transferts entre hôpitaux n’en restent pas moins «très complexes» à organiser, d’autant plus que les patients sont souvent intubés, remarque le Dr Ombelli.

Meilleure organisation

Bonne nouvelle en revanche, les hôpitaux ont appris de la première vague. Outre une meilleure coordination intercantonale, la prise en charge et le traitement des patients se sont améliorés. «On intube moins précocement», explique par exemple le Dr Décosterd.

En matière d’organisation également, les hôpitaux sont mieux préparés qu’au printemps. «Nous avons monté en très peu de temps notre système pour accueillir la deuxième vague. Nous avions prévu ce scénario qui, malheureusement, se concrétise», affirme le Dr Ombelli.

Ce dernier estime qu’il est «extrêmement difficile» de critiquer les autorités politiques dans la gestion de la crise. Selon lui, les mesures qui ont été prises l’ont été «au plus juste des intérêts de la santé et de l’économie.»

Population trop laxiste

Il pense en revanche que le message n’est pas suffisamment passé au sein de la population. «Quand je discute avec des gens à l’extérieur de l’hôpital, j’ai l’impression qu’ils ne réalisent pas ce que nous vivons. Ils ne voient pas que le système de santé est au bord de l’implosion», remarque-t-il.

Son impression est partagée par le Dr Décosterd. Selon lui, une certaine partie de la population n’a pas pris «la mesure» de la crise. Il cite l’exemple du port du masque, généralement bien respecté, au contraire des directives de distanciation et de lavage des mains. «Ces trois mesures n’ont de sens que si elles sont suivies ensemble», rappelle-t-il.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
894 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

majorité genevoise pétitionnaire

06.11.2020 à 17:38

A voir la montée des cas et les hôpitaux saturés, le Conseil d'Etat GE a eu entièrement raison d appliquer en urgence le nouveau confinement. Les partis politiques ou certains journalistes qui critiquent ces mesures sont des irresponsables et vraiment pas crédibles.

suggestions du peuple

06.11.2020 à 17:35

Ouvrez si vraiment besoin les magasins, Mais maintenez définitivement fermé les bars, restaurants et services de prostitution à Genève.

Julie GVA

06.11.2020 à 17:34

Hôpitaux saturés est bien la preuve scientifique que le Conseil d'Etat Genevois a eu totalement raison de déclarer en urgence un nouveau confinement, Les politiques ou journalistes qui veulent créer polémique sur les décisions du Conseil d'Etat Genevois sont des irresponsables et des a_brut_is.