Mobilité: «Les horaires sont parfois illisibles, c'est une catastrophe»
Actualisé

Mobilité«Les horaires sont parfois illisibles, c'est une catastrophe»

Sur les ondes de la RSR, quatre personnes relèvent le défi de se déplacer sans leur voiture durant huit semaines. Elles racontent leur coup de gueule à 20 minutes online.

par
Didier Bender

Anne-Marie Contardo-Rosselli, habite Chexbres et travaille trois jours par semaine à la RSR à Lausanne. Sa voiture, elle l'utilise pour véhiculer ses enfants (3 1/2 ans et 21 mois): «Mon coup de gueule contre les transports publics? Non, je n'en ai pas. C'est surtout contre les deux autres moyens de locomotion que j'en ai. Le vélo électrique, c'est nul. Il faut quand même beaucoup pédaler. Quant à mon scooter, chaque fois que je veux le prendre, il pleut. Et je n'aime pas rouler sous la pluie. Du coup, je ne fais rien. Sinon, concernant les transports publics, je n'ai rien à redire.»

Khauv Khieng, habite Morges et travaille à Genève. Il passe entre 1h30 à 2h par jour sur la route pour aller au travail: «Pour l'instant, ça se passe bien. A Morges, les chauffeurs de bus sont très gentils est polis. Ils attendent par exemple que les personnes âgées soient assises avant de partir. Dans l'ensemble, ça va assez bien. Là, je suis pour deux jours de badminton à Macolin. Selon moi, il n'y a pas assez de correspondance entre Bienne et Macolin. Hier (ndlr : lundi), comme j'avais des bagages, j'ai dû attendre 16 minutes le premier bus qui allait me conduire au pied du funiculaire. A pied, il faut moins de dix minutes pour effectuer ce trajet. Dans ce cas, il faudrait un bus toutes les dix minutes.»

Joseph Scuderi, habite Ecublens et travaille dans la publicité à Morges. Il emploie sa voiture pour ses trajets aller-retour maison-bureau, et professionnellement pour se déplacer dans la région lausannoise: «Mon coup de gueule, ça concerne seulement les correspondances. Plus d'une fois, je suis arrivé à un arrêt et j'ai eu l'impression que le bus me filait sous le nez. J'ai l'impression qu'ils ne coordonnent pas les horaires aux points de correspondance. Je me plains aussi de la complexité de certains horaires. Pour les Transports publics lausannois (TL), c'est ok. Pour le réseau urbain de Morges (TPM), c'est en revanche illisible. C'est une catastrophe. Il faudrait harmoniser ces horaires, pas seulement les tarifs.»

Ton opinion