Les incendies perdent en intensité
Actualisé

Les incendies perdent en intensité

Les pompiers grecs étaient en passe mercredi de maîtriser la plupart des incendies de forêt qui ravagent le pays depuis six jours.

La colère à l'encontre du gouvernement semble au contraire grandir à mesure que la population découvre l'ampleur des dégâts.

Grâce au travail acharné des pompiers, aidés par des vents moins violents et une baisse des températures, les deux plus importants incendies en Elide dans le Péloponnèse (sud) et sur l'île d'Eubée (est) ont baissé d'intensité. Les pompiers grecs restent cependant épaulés cette semaine par d'importants moyens étrangers, dont trois Super Puma suisses.

Le gouvernement a mis en place des guichets d'indemnisation où les sinistrés peuvent obtenir une aide d'urgence de 3000 euros (5000 francs). La catastrophe prend un tour de plus en plus politique avec en ligne de mire les élections législatives du 16 septembre.

Manifestation de colère à Athènes

Des milliers de Grecs devaient participer en soirée à Athènes à une manifestation de colère pour les carences du gouvernement du premier ministre conservateur Costas Caramanlis. En six jours, les feux ont fait 63 morts, selon un bilan provisoire, et des milliers de sans-abri.

Les organisateurs, qui se présentent comme des «citoyens» sans affiliation politique, ont fait passer leur message principalement par SMS et courriers électroniques: «Vous avez laissé la Grèce partir en fumée, pourquoi?», demandent-ils aux autorités.

Le cortège pourrait être rejoint par des partisans de l'opposition de gauche et notamment du Pasok (socialiste), dont le chef Georges Papandréou multiplie les attaques à l'encontre du gouvernement, qu'il accuse d'avoir «humilié» le pays par son manque de préparation face à ces incendies.

Ampleur des dégâts

Chaque jour qui passe révèle un peu plus l'ampleur de la catastrophe. «J'ai rarement vu autant d'énormes feux en même temps. J'ai l'habitude de travailler sur de gros incendies en France, en Espagne, en Italie, mais là c'était particulièrement impressionnant», a témoigné André Billot, chef du secteur Canadair de la sécurité civile française, actuellement en Grèce.

Pour les rescapés qui rentrent chez eux c'est parfois le dénuement le plus total. «Nous vivions de l'huile d'olive, des vignes et de nos animaux et désormais nous en sommes réduits à recevoir de l'huile offerte par les prêtres», a raconté un fonctionnaire local, Aris Togeiton Photos.

En tout, ce sont près de 184 000 hectares de terrain qui sont partis en fumée entre le 24 et le 26 août en Grèce, au plus fort de la catastrophe, selon des chiffres publiés par le système européen d'information sur les feux de forêt (EFFIS).

Aide de Bruxelles

Le coût des dommages pourrait être supérieur à 0,6% du produit intérieur brut du pays, a déclaré le vice-ministre des finances, Christos Folias. Le pays a l'intention de solliciter une aide de l'Union européenne. La commissaire européenne chargée de la Politique régionale, Danita Hübner, est attendue vendredi à Athènes.

Le pape a dit prier pour les victimes. Sans évoquer explicitement une responsabilité humaine, Benoît XVI a jugé qu'il était «impossible de ne pas s'inquiéter du comportement irresponsable de certains qui met en danger l'intégrité des personnes». (ats)

Ton opinion