Interdiction de fumer: Les irréductibles Jurassiens s'alignent
Actualisé

Interdiction de fumerLes irréductibles Jurassiens s'alignent

L'entrée en vigueur de la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif le 1er mai sonnera le glas du dernier bastion des fumeurs en Suisse romande.

Dans le Jura, il sera interdit de fumer dans les lieux publics dès le 1er mai.

Dans le Jura, il sera interdit de fumer dans les lieux publics dès le 1er mai.

Après des années de résistance, le canton du Jura devra se soumettre à l'interdiction de fumer.

Dès samedi, il sera donc interdit de fumer à l'intérieur des lieux publics et au travail dans toute la Suisse. Mais la loi prévoit des exceptions. Bars et restaurants peuvent se déclarer établissements fumeurs pour autant que leur surface ne dépasse pas les 80 m2 et qu'ils soient équipés d'une ventilation.

Une autre possibilité est l'installation de fumoirs avec un service assuré par des employés ayant donné leur accord. Dans tous les cas, l'établissement doit être équipé d'une aération et être clairement signalé comme lieu fumeur de l'extérieur. Celui qui ne respecte pas la loi pourra écoper d'une amende d'au maximum 1000 francs.

Souveraineté cantonale

L'entrée en vigueur de la loi fédérale ne mettra pas un terme à la confusion qui règne en Suisse. Comme les cantons gardent le dernier mot, ceux qui ont instauré un système plus sévère avec par exemple des fumoirs sans service n'auront pas à s'aligner sur la solution fédérale.

Quinze cantons, dont Berne, Genève, Neuchâtel, Fribourg, Vaud et Valais, ont déjà édicté des lois cantonales plus sévères. Ces cantons représentent 79% strictes, selon l'Association suisse pour la prévention du tabagisme.

Parmi les irréductibles réfractaires à l'interdiction de fumer figure le canton du Jura, qui abrite la manufacture de cigarettes British American Tobacco (BAT), ex-Burrus, un très important contribuable qui emploie plusieurs centaines de collaborateurs. D'aucuns estiment que l'Etat devait trouver un équilibre entre santé publique et intérêts économiques.

Liberté individuelle

Rejetant l'accusation de laxisme, le Jura a voulu privilégier une réglementation prenant en compte les intérêts de chacun. Si elles ont interdit la fumée dans les locaux de l'Etat et les hôpitaux, les autorités n'ont jamais donné de signal clair s'agissant des restaurants.

Les rares velléités en faveur d'une interdiction ont été rejetées. C'est au nom de la liberté et du libre choix des restaurateurs que le Parlement s'était opposé à toute intervention visant à protéger la population contre la fumée passive. «Ce n'est pas parce que d'autres cantons ont légiféré qu'il faut aussi le faire», avait lancé un député lors du rejet d'une motion en 2009.

Peu de restaurants fumeurs

Dans les faits, ce n'est de loin pas la ruée pour conserver le statut de restaurant fumeur comme l'autorise la loi. «Nous n'avons reçu que deux demandes d'établissements de moins de 80m2 qui désirent rester fumeurs», a expliqué à l'ATS Jean Parrat, du Service jurassien des arts et métiers et du travail.

S'agissant de l'installation d'un fumoir, le canton ne dispose pas de chiffres car cet aménagement ne nécessite pas d'autorisation. «Il y aura moins de dix fumoirs dans le Jura», estime Jean Parrat en se référant à d'autres cantons. Dans le Jura, quelque 80% des restaurants sont des petits établissements de campagne.

Le coût d'une ventilation agréée pour un fumoir décourage bien des restaurateurs. «L'investissement s'élève autour de 30'000 francs», relève Jean Parrat.

A cela s'ajoute l'incertitude que fait planer l'initiative de la Ligue pulmonaire - pour une interdiction sans exception - sur laquelle le peuple devra sans doute se prononcer. Les partisans de l'herbe à Nicot ne baissent pas les bras non plus et ont lancé l'initiative «pour une loi libérale sur l'interdiction de fumer».

Suisse alémanique concernée

Les fumeurs jurassiens ne seront pas les seuls à se soumettre à la nouvelle législation fédérale sur la fumée passive dès samedi. Ceux des cantons de Schaffhouse, d'Appenzell Rhodes-Intérieures ou encore de Lucerne devront aussi se plier aux nouvelles règles.

Dans d'autres cantons comme Zurich ou Argovie c'est une réglementation cantonale qui va entrer en vigueur ce même jour. Si celle d'Argovie est similaire à la législation fédérale, celle de Zurich ne prévoit pas que les plus petits établissements puissent être fumeurs. Seuls les fumoirs y seront autorisés.

Dans 19 cantons, les restaurants pourront disposer d'un fumoir avec service. Dans sept autres, les fumoirs seront sans service. (ats)

Ton opinion