Actualisé 28.01.2013 à 18:40

MaliLes islamistes perdent encore du terrain

Les soldats français et maliens ont pris lundi le contrôle total de la cité mythique de Tombouctou, dans le nord du Mali.

«L'armée malienne et l'armée française contrôlent totalement la ville de Tombouctou. Tout est sous contrôle», a déclaré un colonel de l'armée malienne qui n'a pas souhaité être cité. L'information a été confirmée depuis Bamako par Halley Ousmane, le maire de cette ville-phare de l'islam en Afrique subsaharienne, située à 900 km au nord-est de Bamako.

Les militaires ont opéré une manoeuvre conjointe, terrestre et aérienne, avec largage de parachutistes, a précisé à Paris le porte-parole de l'état-major des armées françaises.

Français et Maliens contrôlent désormais la «Boucle du Niger», entre les deux principales villes du Nord du Mali, Tombouctou et Gao, au dix-huitième jour de l'intervention française, selon le colonel Thierry Burkhard.

Le mode opératoire choisi - contrôler les accès de la ville sans engager de combat à l'intérieur - visait notamment à préserver le patrimoine historique et religieux, a fait valoir le haut gradé.

«Crime culturel»

Mais l'Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba, abritant entre 60'000 et 100'000 manuscrits dont certains remontent à l'ère pré-islamique, a été incendié par les islamistes, a dénoncé M. Ousmane. «C'est un véritable crime culturel», a dénoncé le maire de la ville qui a été la capitale intellectuelle et spirituelle de l'islam en Afrique aux XVe et XVIe siècles.

L'opération sur Tombouctou survient deux jours après la prise de Gao, plus importante ville du nord du Mali et un des bastions des combattants islamistes, à 1200 km au nord-est de Bamako.

«Les choses se passent comme prévu et ce qui est important c'est que le Mali, petit à petit, est libéré» des groupes liés à Al-Qaïda qui, en 2012, avaient transformé sa partie nord en sanctuaire, a souligné le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

Kidal aux mains de dissidents et des touaregs

Les regards se tournent désormais vers Kidal, troisième grande ville du Nord du Mali et fief des islamistes d'Ansar Dine (Défenseurs de l'islam). Des dissidents de ce groupe armé, le Mouvement islamique de l'Azawad (MIA), et les combattants touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) ont dit contrôler la ville, désertée par leurs anciens alliés islamistes.

Le MNLA, d'obédience laïque et qui se bat pour l'indépendance du Nord-Mali, avait été à l'origine des événements actuels en conquérant la région en 2012, avant d'être supplanté par des djihadistes. Il se dit prêt aujourd'hui à «lutter contre les terroristes».

Des soldats tchadiens et nigériens contrôlaient aussi les villes de Ménaka et Anderamboukane, près de la frontière avec le Niger, selon des sources militaires régionales.

Plus de 6000 soldats ouest-africains et tchadiens doivent à terme être déployés au Mali pour prendre le relais de l'armée française. Mais ils n'arrivent qu'au compte-gouttes et leur déploiement est ralenti par de sérieux problèmes de financement et de logistique.

Dirigeants internationaux et africains doivent se réunir mardi à Addis Abeba, au lendemain d'un sommet de l'Union africaine (UA), pour une conférence des donateurs destinée à financer le déploiement de la force africaine et la restructuration de l'armée malienne. L'UA a estimé à 460 millions de dollars le budget du déploiement de Mission internationale de soutien au Mali (Misma).

En outre, le Royaume-Uni a proposé d'accroître son aide aux troupes françaises, en matière de logistique, de transport, de renseignement et de surveillance, excluant cependant de participer aux combats.

Craintes de représailles

La reconquête du nord du Mali s'accompagne de craintes d'actes de vengeance contre les islamistes. L'ONG Human Rights Watch (HRW) a demandé aux autorités maliennes de prendre «des mesures immédiates» pour «protéger tous les Maliens de représailles». Elle a évoqué «des risques élevés de tensions inter-ethniques» dans le Nord, où la rivalité est forte entre communautés arabe et touareg d'un côté, noire de l'autre. (ats/afp)

«Nous sommes en train de gagner cette bataille»

Le président François Hollande a estimé lundi que la France et ses partenaires africains étaient en train de «gagner la bataille» au Mali, et qu'il appartiendrait aux forces africaines de poursuivre «les terroristes» au nord du pays.

«Nous sommes en train de gagner cette bataille», a déclaré le chef de l'Etat français lors d'une conférence de presse à l'Elysée, confirmant la reprise de Gao et Tombouctou. «La France n'a pas vocation à rester au Mali. En revanche, notre devoir c'est de faire en sorte que nous puissons permettre aux forces africaines de donner au Mali une stabilité durable».

Des «terroristes» nigérians menacent la France et les Français

La France a déclaré lundi avoir reçu des menaces directes par «des groupes terroristes nigérians» en représailles de son intervention au Mali, et a formellement déconseillé à ses ressortissants de se rendre dans le nord du Nigeria. «Une situation d'insécurité accrue résulte de l'intervention entreprise au Mali contre l'avancée de groupes terroristes. (...) En représailles, des groupes terroristes nigérians ont porté des menaces directes contre la France et les Français», a déclaré lundi le Consulat général de France à Lagos dans un communiqué adressé à la communauté française du Nigeria.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!