Actualisé 16.01.2015 à 05:12

Italie

Les Italiennes enlevées en Syrie sont rentrées

Les deux jeunes humanitaires italiennes enlevées l'été dernier dans le nord de la Syrie et libérées jeudi sont arrivées vendredi à l'aube à Rome.

1 / 7
16.01 Les deux jeunes humanitaires sont arrivées vendredi à 4h à Rome, après avoir été libérées la veille.

16.01 Les deux jeunes humanitaires sont arrivées vendredi à 4h à Rome, après avoir été libérées la veille.

Reuters/Alessandro Bianchi
Greta Ramelli, 20 ans (gauche), et Vanessa Marzullo, 21 ans, ont été discrètes à leur arrivée, se contentant d'arborer quelques sourires.

Greta Ramelli, 20 ans (gauche), et Vanessa Marzullo, 21 ans, ont été discrètes à leur arrivée, se contentant d'arborer quelques sourires.

AFP/Filippo Monteforte
Les deux femmes ont été accueillies par le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni.

Les deux femmes ont été accueillies par le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni.

Keystone/AP/Riccardo de Luca

L'avion qui ramenait Greta Ramelli, 20 ans, et Vanessa Marzullo, 21 ans, de Turquie a atterri à l'aéroport militaire de Ciampino près de la capitale italienne vers 04h00.

Accueillies par le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni, et en l'absence de leurs proches, les deux jeunes femmes sont descendues de l'avion sans effusion.

Arborant de pâles sourires, la tête baissée, elle se sont contentées d'acquiescer aux salutations du ministre et se sont engouffrées dans le hall de l'aéroport sans un mot ni même un signe en direction de la presse.

Elles devaient ensuite être conduites vers un hôpital pour un bilan de santé, et être entendues dans la journée par le parquet antiterroriste de Rome, qui a ouvert une enquête sur leur enlèvement.

Les deux jeunes femmes, originaires de Lombardie (nord) avaient disparu le 31 juillet près d'Alep, dans le nord de la Syrie, où elles étaient arrivées trois jours plus tôt depuis la Turquie, après un premier séjour en février, pour participer à un projet humanitaire.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!