24.09.2020 à 16:14

TessinLes Italiens ne se ruent pas sur l’hydroxychloroquine

Un journal italien évoquait une «ruée» des frontaliers vers les pharmacies tessinoises pour se procurer de l’hydroxychloroquine, dont la vente est limitée dans la Botte. Il n’en est rien, a assuré le pharmacien cantonal.

Non, il n’y a pas de ruée sur le Plaquenil, ont confirmé les autorités tessinoises, démentant un article paru dans un journal italien.

Non, il n’y a pas de ruée sur le Plaquenil, ont confirmé les autorités tessinoises, démentant un article paru dans un journal italien.

AFP

Face aux rumeurs de «ruée» italienne sur les pharmacies tessinoises pour se procurer de l’hydroxychloroquine, dont la vente est limitée chez le voisin transalpin, le pharmacien cantonal a assuré jeudi que les ventes de la substance commercialisée par le groupe français Sanofi sous la marque Plaquenil sont actuellement stables.

«Les chiffres du marché indiquent qu’il n’y a eu aucune augmentation de la demande de la part des patients italiens», a confié à AWP Giovan Maria Zanini. Selon le pharmacien cantonal, les quantités vendues par les établissements tessinois entre juillet et septembre 2020 correspondent à ceux enregistrés durant les six mois précédant la crise.

«Au printemps, la demande avait en effet augmenté considérablement, suite à l’hypothèse selon laquelle l’hydroxychloroquine était utile dans la lutte contre le coronavirus», relève M. Zanini, signalant que les ventes avaient dû être contingentées à partir du 24 mars.

Les limitations avaient dans un premier temps été étendues à l’ensemble du pays, avant d’être abrogées en août, dans la foulée de la recommandation de renoncer à cette substance pour le coronavirus, tant en milieu hospitalier qu’en traitement ambulatoire.

A l’heure actuelle, l’approvisionnement des personnes souffrant de maladies chroniques pour lesquelles le dérivé de l’antipaludéen chloroquine est homologué – polyarthrite, lupus – est assuré. Il existe quelques génériques, mais «tous les dérivés de l’hydroxychloroquine ne sont pas en vente libre et requièrent une ordonnance médicale», signale M. Zanini.

«Les recherches les plus récentes indiquent que l’hydroxychloroquine doit être déconseillée tant dans le traitement que dans la prévention de l’infection au coronavirus», poursuit-il. Selon lui, la seule utilisation justifiable est dans le cadre d’études cliniques.

Vous reprendrez un peu de… fake news?

Dans un article paru en début de semaine, «la Repubblica» évoquait une «ruée» des habitants des provinces frontalières vers les pharmacies tessinoises pour se procurer la substance, après la décision de l’autorité sanitaire italienne (Aifa) le 26 mai de rendre obligatoire la prescription sous la responsabilité directe du médecin.

Sur son site internet, le quotidien italien cite le cas d’un groupe de personnes ayant loué une camionnette pour aller faire le plein de Plaquenil dans le canton italophone et revenir avec 250 flacons.

«La Repubblica» relaye également le témoignage d’une pharmacienne luganaise signalant les «dizaines de personnes» qui affluent chaque jour du Belpaese pour se procurer la substance. En Suisse, le Plaquenil est proposé au prix de 8,45 francs pour une dose de 30 comprimés.

«Indépendamment des chiffres du marché tessinois, toutes les pharmacies que j’ai contactées affirment ne pas avoir de requêtes particulières d’Italie», tempête M. Zanini. Selon lui, le phénomène de masse dont la presse transalpine s’est fait l’écho «ne peut pas être confirmé même de ce point de vue».

Il y a une dizaine de jours, le pharmacien cantonal s’était déjà emporté contre l’engouement public suscité par un article paru dans le «Blick», prêtant à l’extrait herbal Echinaforce, produit par un laboratoire thurgovien, des vertus thérapeutiques contre la Covid-19.

«Je suis irrité et déconcerté par ce que j’ai lu», avait-il alors indiqué depuis les colonnes du «Corriere del Ticino», reprochant au quotidien alémanique de faire l’éloge d’une substance en l’absence totale d’études cliniques. Avant de lancer: «à ce compte-là, on pourrait conclure que la grappa tessinoise est efficace contre le coronavirus».

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
82 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

louis

24.09.2020 à 19:08

pourquoi prendre ce médicament? la derniere fois que je l'ai pris c'est pour aller au Kenya pour un safari

Impacté

24.09.2020 à 18:33

Cherche d'urgence modérateur, complotiste ou udc bienvenu, les 2 serait un plus

Parmesan oui merci

24.09.2020 à 18:10

Les ristrettes préfèrent de loin les Carbonaras.