Actualisé 11.07.2006 à 00:00

Les Italiens ont manifesté leur victoire au travail

Pour rien au monde les Italiens n'auraient manqué, hier, le travail. Un quart de siècle qu'ils attendaient la victoire!

On imaginait les Italiens fatigués, voire absents, hier matin au bureau. Il n'en a rien été. «Aujourd'hui, ils sont tous là! Ils ne pouvaient pas rater une telle journée, plaisante Cina Diaw, assistante de communication dans une banque privée. Ils sont venus charrier les Français.»

A la Pizzeria Carosello, tous les employés étaient à l'heure. «Les Italiens ont fait la fête, mais le travail, c'est le travail, explique Angelo Monteleone, responsable adjoint. Les employés français faisaient la gueule. On aurait fait pareil à leur place.»

«Les Italiens sont venus tôt ce matin au travail, a observé Alain Duchêne, employé chez l'horloger Raymond Weil. La Gazzetta dello Sport sous le bras, certains portaient le maillot de leur équipe. Ils n'ont pas fait de provocation envers les Français.»

Le consul général de France, Nicolas Mettra, a partagé sa tristesse avec ses employés: «Je m'attendais à un désespoir collectif, mais les gens étaient simplement déçus. On est quand même allés jusqu'en finale.»

Une finale de Coupe du monde qui a déplacé les masses. Ils étaient près de 10 000 au stade de la Praille. Environ 1500 personnes ont fêté la victoire italienne au rondeau de Rive, selon la police.

Sabrine Gillièron

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!