Tour de Romandie: Les jalons d'une victoire dans la Grande Boucle
Actualisé

Tour de RomandieLes jalons d'une victoire dans la Grande Boucle

Les deux derniers lauréats du «Romandie» ont gagné le Tour de France dans la foulée. Froome suivra-t-il?

par
Grégory Beaud
Le Britannique aspire à prendre les rênes de son équipe en France. Sans se montrer impitoyable.

Le Britannique aspire à prendre les rênes de son équipe en France. Sans se montrer impitoyable.

Tony Martin s'est imposé dimanche dans la dernière étape, un contre-la-montre à Genève. Mais l'essentiel était ailleurs. Chris Froome a remporté son premier Tour de Romandie. Plus que jamais, la boucle romande s'impose comme une préparation privilégiée en vue du Tour de France. Cadel Evans, en 2011, et Bradley Wiggins, l'an dernier, avaient triomphé dans la Grande Boucle dans le sillage de leur succès en Romandie. «C'est un bon présage», a rigolé Chris Froome.

Avant 2011, seul Stephen Roche, en 1987, avait réalisé un tel doublé. «Si les coureurs viennent ici pour se préparer sérieusement, ça me va», a remarqué Richard Chassot. Le directeur du TDR fait allusion aux apparitions ventripotentes de Jan Ullrich. «Certains coureurs venaient avec 10 kilos de trop et voulaient juste faire tourner les jambes», a détaillé l'homme-orchestre. Tout le contraire du Froome affûté présent sur cette édition. «Je ne suis pas encore au top, mais c'est une bonne base», a remarqué le Britannique.

Le jour de l'anniversaire de son coéquipier Bradley Wiggins, Froome a eu une pensée pour lui. Qu'a-t-il retiré de cette épreuve où son équipe lui a donné les clés de la maison, comme ce sera le cas au Tour? «J'espère continuer d'apprendre à devenir un leader plus ouvert que d'autres.» Rhétoriquement questionné sur le destinataire de cette pique, Froome n'a pas souhaité s'étendre. «D'autres»: Happy birthday, Bradley Wiggins!

«Je suis satisfait de mon premier Tour», par Jonathan Fumeaux (IAM Cycling)

«J’ai vécu un dernier week-end compliqué. L’étape de samedi était particulièrement difficile. Comme beaucoup, j’ai souffert du froid. Une fois dans le gruppetto, j’ai suivi les autres et ai terminé distancé. Le fait d’avoir annulé un passage au col de la Croix n’était pas forcément une mauvaise chose. Le dernier contre-la-montre reste un exercice particulier; ce n’est pas ma ¬tasse de thé. Je peine à ne pas me mettre dans le ¬rouge et à trouver une position idéale pour envoyer les watts. C’est pour les spécialistes et je tente de limiter la casse. Globalement, je suis satisfait de mon Tour, à l’exception de l’étape de samedi. Mais pour une première participation, j’y trouve globalement du positif.»

En 2014: du Tessin jusqu’à Neuchâtel

Richard Chassot a levé un coin du voile sur la prochaine édition du Tour de Romandie. Le directeur de la boucle romande a lâché le nom de cinq des six villes-étapes du parcours 2014. «Nous partirons d’Ascona, ferons halte à Sion, Aigle, Fribourg et terminerons à Neuchâtel.» Hormis pour le prologue et l’arrivée, le Broyard n’a pas donné d’ordre particulier. «La Suisse romande est suffisamment petite pour faire des allers-retours.» Il reste une ville-étape à désigner et Richard Chassot possède encore sept dossiers, dont une possibilité de terminer une étape en montagne. «Pour l’heure, nous sommes surtout en train de réfléchir à la faisabilité d’un contre-la-montre à Neuchâtel.»

Ton opinion