Euro 2016: Les jardiniers français taclent l'UEFA
Actualisé

Euro 2016Les jardiniers français taclent l'UEFA

Lassés de porter le chapeau, les spécialistes du gazon «à la française» dénoncent l'incompétence des experts mandatés par l'instance européenne, parlant de sabotage.

par
Nicolas Jacquier
Lille
A Lille, la pelouse du stade Pierre-Mauroy était dans un triste état durant le match Suisse-France.

A Lille, la pelouse du stade Pierre-Mauroy était dans un triste état durant le match Suisse-France.

photo: AFP/Denis Charlet

Après les violences de hooligans en début d'Euro, la grogne se concentre maintenant sur l'état des pelouses de l'Euro. A Lille, à Marseille, comme au Stade de France à Paris, les joueurs n'ont pas arrêté de glisser sur des gazons parfois indignes d'une grande compétition.

Pour la Société française des gazons (SFG), c'est l'intervention de l'UEFA qui a provoqué cet état de fait. «Cette position (ndlr: de faire porter le chapeau aux jardiniers) est pour le moins scandaleuse, quand on sait que ceux-ci ont été systématiquement écartés de toute prise de décision et leurs conseils méprisés», lit-on dans un communiqué de la SFG. Dans «L'Equipe» de mardi, son président, Jean-Marc Lecourt, enrage: «Le Britannique Richard Hayden a ordonné que les pelouses de Nice, Marseille et Lille soient changées alors que ça ne s'imposait pas», déplore-t-il dans le quotidien sportif.

«Incompétence et sabotage»

Très concrètement, la SFG reproche à l'expert de l'UEFA d'avoir fait «replaquer du gazon non compatible (enracinement du gazon) sur ces trois stades, et ce, en dépit de l'avis hautement défavorable des spécialistes français tenus à l'écart du système UEFA. Ce sont les seules pelouses qui aujourd'hui posent problème... certainement une simple coïncidence!», ironise-t-on du côté de la SFG. Jean-Marc Lecourt relève que le substrat de la gazonnière importée de Slovaquie n'est pas compatible avec les sols français. «Il y a aussi eu un souci d'approvisionnement, le gazon a pourri lors du transport. Une fois que c'est pourri, c'est fini», ajoute-t-il.

Selon le président, la solution est très simple: «Que l'UEFA fiche la paix aux jardiniers français et les laisse faire leur travail. Il n'y a aucune raison d'aller chercher du gazon ailleurs alors qu'on en a en France. Ça fonctionne très bien de prendre une pelouse plaquée et de la repositionner.»Dans une ultime offensive, les jardiniers français enfoncent le clou dans leur communiqué. «Ces acteurs (français) ne sont nullement responsables de l'incompétence et du sabotage de mercenaires mandatés pour l'occasion.»

Ton opinion