Lausanne: Les Jenisch veulent rester 15 jours de plus
Actualisé

LausanneLes Jenisch veulent rester 15 jours de plus

La dizaine de gens du voyage qui ont obtenu l'autorisation de rester jusqu'à lundi sur un terrain de l'Ecole hôtelière de Lausanne, veulent pouvoir prolonger leur séjour.

1 / 15
La place initialement proposée était une bande de terrain le long de la route de Berne.

La place initialement proposée était une bande de terrain le long de la route de Berne.

FNT/20min.
La place initialement proposée était une bande de terrain le long de la route de Berne.

La place initialement proposée était une bande de terrain le long de la route de Berne.

FNT/20min.
La place initialement proposée étant jugée trop dangereuse, les Jenisch ont opté pour un autre lieu non loin de là.

La place initialement proposée étant jugée trop dangereuse, les Jenisch ont opté pour un autre lieu non loin de là.

FNT/20min.

«Nous allons demander une prolongation de quinze jours car ce terrain convient pour l'instant», indique dimanche à l'ats Albert Barras, responsable de la région romande chez les Jenisch. S'ils se voient opposer un refus, les gens du voyage suisses disent «ne pas avoir de plan B».

«Mais c'est sûr, le groupe n'ira pas sur le terrain mis à disposition par le canton au Chalet-à-Gobet» non loin de là, poursuit M. Barras. Et d'ajouter qu'il frappe actuellement à toutes les portes en vue de trouver une solution.

«Rien trouvé»

«J'ai contacté des propriétaires terriens en espérant qu'ils puissent les accueillir mais nous n'avons rien trouvé. Et les agriculteurs ont besoin de leurs terrains en cette période de l'année».

Lundi, il souhaite reprendre les discussions avec le canton et des communes. Les quatre caravanes et leur dizaine d'habitants sont installés sur une zone de parcage de l'Ecole hôtelière depuis leur départ jeudi d'Yverdon-les-Bains (VD).

Avant cela, ils ont refusé le terrain provisoire aménagé dans l'urgence par le canton de Vaud, le jugeant trop dangereux et difficile d'accès avec leurs caravanes. La parcelle était pourtant vouée à devenir une place d'accueil définitive après des travaux. Le reste de la communauté, soit une trentaine de personnes dans une douzaine de caravanes, se trouve à Berne. (ats)

Ton opinion