Suisse – Les jeunes encore trop souvent victimes d’accidents du travail
Publié

SuisseLes jeunes encore trop souvent victimes d’accidents du travail

Les apprentis sont les plus touchés par le phénomène, étroitement lié aux secteurs économiques les plus physiques.

par
Yannick Weber
Une tendance à la diminution est pour le moins difficile à déceler.

Une tendance à la diminution est pour le moins difficile à déceler.

Getty Images/iStockphoto

Les études et statistiques se succèdent sans que des tendances réjouissantes n’émergent: les jeunes travailleurs sont toujours nombreux à subir des accidents en emploi et les chiffres sont stables. L’Office fédéral de la statistique (OFS) a publié lundi les résultats d’une enquête qui compare 2020 à 2013 et la conclusion est souvent la même: telle ou telle donnée «n’a pas varié significativement par rapport à 2013».

Malgré les efforts de prévention, les jeunes sont les principales victimes. «Les jeunes de 15 à 24 ans actifs professionnellement, les apprentis en particulier, ont un risque environ deux fois plus grand d’avoir un accident que les personnes plus âgées. Bien que ne représentant que 12% des personnes actives, ils constituent 23% des personnes accidentées», note l’OFS. Pire: ils déclarent «plus souvent que la moyenne avoir connu deux accidents» et, dans plus de la moitié des cas, il en est résulté une incapacité de travailler pour au moins un jour.

L’agriculture en tête

La Suva publie, elle, des chiffres concernant les apprentis en particulier: «Chaque année, ils sont victimes de 25’000 accidents professionnels au total», indiquait l’assurance cet été. Au niveau des chiffres absolus, le nombre de cas total d’accidents augmente, dans les même proportions que l’augmentation du nombre de postes occupés dans le marché du travail lui-même. L’OFS ajoute que ces victimes sont majoritairement des jeunes hommes (75% des accidents), travaillant surtout dans la construction ou le commerce et la réparation de véhicules motorisés.

Au niveau global, le secteur de la construction est dépassé par l’encore plus accidentogène secteur agricole. À l’inverse, les secteurs financiers, des services et de l’enseignement sont ceux qui provoquent le moins d’accidents. «7% de la population active connaît au moins un accident sur une période d’une année», constate l’OFS.

Le travail, cette souffrance

L’enquête, basée sur un sondage, montre que 12% de la population active dit avoir eu, «sur une période d’une année, au moins un problème de santé non lié à un accident qui était causé ou renforcé par son activité professionnelle». Le chiffre augmente avec l’âge des sondés. Dès 45 ans, le problème de santé le plus souvent cité est les douleurs physiques. Chez les plus jeunes, entre 15 et 34 ans, au contraire, stress, dépression et angoisses ressortent plus fortement, sans différences significatives entre hommes et femmes. Les causes principales en sont surcharge de travail et contacts avec des clients, patients ou élèves difficiles.

Ton opinion

13 commentaires