Valais: Les jeunes favorables à une redécoupe
Actualisé

ValaisLes jeunes favorables à une redécoupe

La jeunesse valaisanne s'est prononcée en faveur d'une redéfinition territoriale du canton, tout en souhaitant conserver une partie du fonctionnement politique actuel.

Les jeunes Valaisans plébiscitent la suppression des districts et une réduction des circonscriptions électorales, mais veulent conserver les députés suppléants ou le système majoritaire d'élection du Conseil d'Etat.

Lors de la session du Parlement des jeunes, une soixantaine d'entre eux, de 16 à 20 ans, ont répondu à 12 questions sur le projet de réforme des institutions valaisannes lancé par le gouvernement. Ces réponses constituent leur prise de position dans la procédure de consultation et seront transmises à l'exécutif.

Les questions touchant aux communes sont celles qui ont provoqué le plus de débats et de propositions. Celle de généraliser le droit d'initiative dans toutes les communes a provoqué la discussion.

Les partisans ont évoqué la liberté d'expression, le droit de chaque citoyen de faire des propositions. Les opposants ont émis la crainte de voir les communes submergées d'initiatives en tous genres et parfois inutiles. Au vote, le «non» l'a emporté avec 33 voix contre 23.

Des ambiguïtés

Les jeunes se sont aussi montrés ambigus sur le dossier des fusions de communes. Ils souhaitent, par 33 voix contre 25 et 2 abstentions, que le canton développe une politique plus volontariste. Dans le même temps, ils refusent un plan cantonal de fusions ou des fusions contraintes.

Ils ont proposé de jouer sur la part de la péréquation financière qui pourrait diminuer ou être supprimée si une commune ne respecte pas certains critères. La proposition fera partie de la prise de position transmise au Conseil d'Etat.

Pour l'avenir, les jeunes sont partagés sur le nombre de conseillers d'Etat. Du bout des lèvres, par 28 voix contre 27 et 2 abstentions, ils ont opté pour un Conseil d'Etat à sept membres contre cinq actuellement.

Très clairement, ce gouvernement devra être élu comme actuellement au système majoritaire. Il s'agit de voter une personne et non un parti, ont estimé les orateurs. Le maintien à quatre ans des mandats politiques, plutôt que cinq, est également favorisé.

La règle actuelle qui veut qu'un district ne puisse pas avoir plus d'un conseiller d'Etat est mise aux oubliettes. Les jeunes estiment qu'il faut privilégier les compétences plutôt que les régions.

Supprimer les districts

Les districts n'ont d'ailleurs plus la cote. La majorité des jeunes souhaite la disparition d'une structure jugée inutile. Ils ont été 49 contre 7 à préférer la suppression des districts. Dans la foulée, 40 ont plébiscité de réduire à six le nombre de circonscriptions électorales, contre 3 voix en faveur de trois arrondissements et 14 abstentions.

Pour autant, les jeunes ne veulent pas bouleverser le Parlement. Par 47 voix contre 5, ils ont voulu maintenir à 130 le nombre de députés. Ils se sont aussi prononcés par 56 voix contre 3 en faveur du maintien du système de députés suppléants, avec une réduction de moitié de leur nombre. La suppléance est un tremplin politique pour les débutants, «la supprimer c'est décapiter le moteur du Parlement», a estimé un orateur.

Impliquer les citoyens de demain

Les jeunes Valaisans étaient appelés à se prononcer dans le cadre de la procédure de consultation sur le projet de réforme des institutions cantonales, baptisé R21. La démarche a été accueillie favorablement dans les collèges et les écoles professionnelles.

L'Etat a voulu impliquer les jeunes dans une démarche à la fois explicative et participative. La session s'est déroulée en deux temps avec des travaux de groupe en matinée, en compagnie de différents intervenants, et un plénum l'après-midi.

Le projet R21 vise à dépoussiérer les institutions cantonales et l'organisation territoriale du Valais. Le Grand Conseil a donné son feu vert à ce chantier. Le gouvernement a voulu une discussion sans tabou. La procédure de consultation est ouverte jusqu'au 15 février prochain. (ats)

Ton opinion