Actualisé 17.01.2013 à 16:20

Suisse

Les jeunes se détournent du café

Dans son édition de jeudi, le «Tages-Anzeiger» rend compte de la perte d'intérêt pour le café chez les jeunes au profit des boissons énergétiques. Les professionnels de la branche s'en inquiètent.

de
Caroline Goldschmid
Les cafés Starbucks sont très fréquentés par des jeunes, mais pas forcément pour y boire du café.

Les cafés Starbucks sont très fréquentés par des jeunes, mais pas forcément pour y boire du café.

Les experts du secteur du café constatent une baisse de consommation chez les moins de 30 ans. «Il n'y a jamais eu autant d'alternatives caféinées qu'aujourd'hui» a rappelé Christoph Schmassmann, porte-parole de Delica, la marque de café de Migros, en parlant des boissons énergétiques. Si ces dernières sont de plus en plus consommées par les jeunes, c'est notamment grâce au marketing et pubs punchy de marques comme Red Bull et Coca-Cola.

Les pubs pour le café, elles, visent généralement une clientèle plus âgée. Pourquoi? «D'une part, parce que quand vous faites de la pub pour un produit de masse, vous devez ratisser large, répond Pedro Simko, directeur de Saatchi & Saatchi Suisse. D'autre part, les personnes qui achètent du café, en grande surface par exemple, sont des adultes. Enfin, n'oublions pas que le café est une produit de base difficile à différencier autrement qu'en le rendant chic et haut de gamme à travers la publicité.»

Si les ados préfèrent une canette qui se déguste directement à la sortie du frigo, c'est aussi parce que c'est moins compliqué que de devoir prendre une tasse, faire chauffer de l'eau, ajouter du sucre, du lait etc. Mais pour le grand publiciste, ce qui motive surtout les jeunes à boire autre chose que du café, «c'est pour faire autrement que papa et maman!»

Côté ventes, la huitantaine d'experts réunis hier à Birsfelden (BL) ont estimé que les jeunes délaissent le café. Mais alors comment expliquer que les Starbucks sont principalement fréquentés par des «teenagers»? Pour Pedro Simko, c'est évident: «On ne va pas au Starbucks pour boire un café, mais pour y retrouver ses potes!»

Ce qui est sûr, c'est que pour reconquérir les jeunes adultes et les ados, les marques vont devoir développer de nouvelles pubs et aussi un nouveau type de produit, à l'image des cafés-latte froids Starbucks, prêts à boire et vendus à la Coop notamment. «Je pense que le café a un bel avenir, aux fabriquants de prendre plus d'initiatives», conclut l'expert en publicité.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!