Genève: Les jeunes veulent prendre le contrôle de leurs nuits
Actualisé

GenèveLes jeunes veulent prendre le contrôle de leurs nuits

Les 16-18 ans se sentent toujours plus exclus des lieux de sortie du canton. Un comité va demander aux autorités d'agir, tandis que certains bars tentent de les éloigner.

par
tpi

«Beaucoup de jeunes renoncent à tenter leur chance dans un pub bondé et finissent par boire dans la rue. Et ça, c'est problématique.» Pour Sylvain Leutwyler, président du Parlement des jeunes Genevois (PJG), le constat est morose: les possibilités de sorties offertes aux ados, notamment aux 16-18 ans, sont insuffisantes et les poussent à s'alcooliser dans la rue, hors de tout cadre structurant.

C'est pour cette raison que le «Collectif pour une vie nocturne riche, vivante et diversifiée» a été créé, mardi, sous

l'impulsion du PJG. Les 17 associations qui le composent (jeunesses de partis, grou­pements étudiants ou indépendants) s'accordent à dire que depuis deux ans, l'accès aux bars est de plus en plus difficile.

«Ces lieux favorisent la responsabilisation des fêtards et la prévention, argumente Sylvain Leutwyler. Mais les autorités mettent tellement de pression sur les tenanciers, à cause des nuisances sonores, que ces derniers font le choix de ne plus servir les mineurs pour limiter leur clientèle.»Le colelctif présentera, via une pétition, ses doléances aux pouvoirs publics pour faire évoluer la situation. Le Canton affirme ne pas avoir serré la vis aux mineurs et se dit ouvert à la discussion.

Le patron d'un bar populaire de la place défend une position bien différente: «Cette clientèle ne sait pas se tenir. Elle consomme l'alcool n'importe comment, crée des problèmes et fait quelquefois fuir des clients. On essaie parfois de l'écarter.»

Ton opinion