Actualisé 16.01.2015 à 05:38

Deux morts en Belgique

Les jihadistes visés allaient commettre des attentats

Deux personnes sont mortes et une troisième a été blessée au cours d'une opération de police contre un groupe jihadiste, jeudi soir dans l'est de la Belgique.

1 / 19
29.07 Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine de 27 ans, qui avait revendiqué la préparation d'attentats en Belgique en février dernier, s'est vu infliger une peine de 20 ans.

29.07 Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine de 27 ans, qui avait revendiqué la préparation d'attentats en Belgique en février dernier, s'est vu infliger une peine de 20 ans.

12.02 Abdelhamid Abaaoud, le «cerveau» présumé de la cellule démantelée en janvier en Belgique, revendique avoir «planifié» des attentats en Belgique et affirme avoir réussi à regagner la Syrie, dans une interview que lui attribue Dabiq, le magazine en anglais du groupe Etat islamique (EI).

12.02 Abdelhamid Abaaoud, le «cerveau» présumé de la cellule démantelée en janvier en Belgique, revendique avoir «planifié» des attentats en Belgique et affirme avoir réussi à regagner la Syrie, dans une interview que lui attribue Dabiq, le magazine en anglais du groupe Etat islamique (EI).

dr
21.01 La justice belge a décidé mercredi le maintien en détention préventive de trois personnes inculpées après l'opération antijihadiste menée la semaine dernière.

21.01 La justice belge a décidé mercredi le maintien en détention préventive de trois personnes inculpées après l'opération antijihadiste menée la semaine dernière.

Keystone/AP/Geert Vanden Wijngaert

La police belge a mené jeudi une vaste opération contre une cellule jihadiste composée de personnes revenant de Syrie qui s'apprêtait à mener un «attentat d'envergure», et deux jihadistes ont été tués, a annoncé le parquet fédéral. Un troisième suspect a été interpellé.

Un témoin a filmé la fusillade

«Une dizaine de perquisitions ont eu lieu», a déclaré au cours d'une conférence de presse un substitut du procureur, Eric Van der Sijpt. «Elles ont eu lieu à Verviers, dans l'est de la Belgique où ont été tués les deux jihadistes, mais aussi à Bruxelles et à Vilvorde, dans la banlieue de la capitale». Cette «cellule opérationnelle était composée d'une dizaine de personnes dont certaines revenaient de Syrie», a précisé un autre substitut, Thierry Werts. «Ils étaient sur le point de commettre des attentats d'envergure et de manière imminente», a-t-il ajouté.

«Aucun lien n'a été établi à ce stade» entre cette opération en Belgique et les attentats de Paris, selon le parquet. A Verviers, les «suspects ont ouvert le feu au moyen d'armes de guerre et d'armes de poing sur la police fédérale» et «ont été neutralisés». «Deux suspects sont décédés, un troisième a été intercepté sur place», a-t-il indiqué. Selon une source judiciaire, «ils ont immédiatement ouvert le feu, pendant de longues minutes, avec des armes de guerre de type Kalachnikov». «Même blessés au sol, ils continuaient à tirer», a précisé M. Werts.

Aucun policier ou civil n'a été blessé, a précisé le parquet. La menace portait sur les services de police, a déclaré M. Werts. Le niveau d'alerte a été relevé au niveau 3, sur une échelle qui en compte 4, pour les commissariats de police et les palais de justice en Belgique.

«Aucun lien n'a été établi à ce stade» entre l'opération anti-jihadiste en Belgique et les attentats de Paris, a indiqué M. Van der Sijpt. L'enquête avait été ouverte avant l'attaque contre Charlie Hebdo, a précisé l'agence de presse Belga, citant des sources judiciaires. Le parquet fédéral doit donner une nouvelle conférence de presse vendredi à 11H00 (10H00 GMT).

Témoignage d'un riverain

«J'ai vu une voiture de police passer devant moi tous feux ouverts et entendu trois grosses détonations puis des pétards», a déclaré un témoin. «Un homme habillé tout en bleu foncé avec cagoule nous a poussés dans le dos. On s'est mis à courir, on a entendu une grosse explosion et des coups de feu en rafales suivis par d'autres explosions», a raconté une femme sur RTL-TVI.

«J'ai entendu comme une explosion, suivie de plusieurs tirs», a confié une autre habitante à la RTBF. Un autre riverain a fait état de tirs «pendant 10 minutes». Verviers est considéré, avec certaines banlieues de Bruxelles, comme un des foyers de radicalisation islamiste en Belgique. Selon les sources, entre six et 10 jeunes de la ville seraient parties se battre en Syrie ces derniers mois.

(20 minutes/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!