Publié

GenèveLes jobs d’été à la Ville seront mieux payés

Si le salaire minimum légal de 23 francs/heure ne concerne pas les mineurs, la Municipalité va tout de même appliquer ce tarif aux jeunes engagés temporairement durant les grandes vacances.

par
dra
Au parc des Bastions, à Genève, un adolescent en job d'été distribue le matériel de mini golf.

Au parc des Bastions, à Genève, un adolescent en job d'été distribue le matériel de mini golf.

Lucien FORTUNATI

Bonne nouvelle pour les adolescents qui œuvreront en juillet ou août prochain comme jardinier ou préposé à l’accueil dans les musées de la Ville de Genève: ils seront bien mieux rémunérés que les années précédentes. Le tarif horaire des jobs d’été va en effet augmenter pour la totalité des quelques 150 jeunes âgés de 15 à 22 ans que la commune engage chaque été, pendant trois semaines. L’annonce du Conseil administratif, ce jeudi, est la conséquence de l’entrée en vigueur l’automne passé du salaire minimum de 23 francs de l’heure, adopté en votation en septembre.

La Ville a cependant ajouté une touche personnelle à la mesure. Si la loi exclut les moins de 18 ans de la nouvelle tarification salariale, cette dernière sera tout de même appliquée aux mineurs qui travailleront pour les services communaux pendant les grandes vacances. Ainsi, même âgé de 15 ans, un jeune touchera 23 fr. de l’heure, au lieu de 13.65 fr. jusqu’ici. Par ailleurs, la Municipalité s’est engagée à maintenir le même nombre de places pour des jobs d’été que les années précédentes. Les inscriptions ouvrirons à la mi-février sur le site internet de la commune.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
30 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Chimère

15.01.2021 à 13:25

Les jobs d'été sont souvent ingrats ou sous l'autorité d'un fonctionnaire remplaçant et malheureusement ne mènent pas à l'emploi à l'Etat.

Genevois 99

15.01.2021 à 10:57

Si on a un été cet année 😏

Lopet de Vegas

15.01.2021 à 09:53

A ceux qui s'en prennent toujours aux jeunes, rappelez-vous votre jeunesse. personnellement j'ai toujours aimé voyager et même si prendre l'avion était dispendieux, le train était une belle alternative. Mon voyage interrail, abonnement à 500.- pour un mois de voyage à travers l’Europe avec un budget qui permettrait à peine une soirée aux tarifs actuel. Oui, être jeune aujourd'hui ce n'est pas une sinécure, entre perspectives assombries par une économie stupide, virus rendant la population paranoïaque et méchanceté de la part des anciens, rien n'est simple pour cette nouvelle génération, et par pitié que les boomers ne viennent pas me dire le contraire, eux qui ont eu le plein emploi, l'immobilier bon marché, un panier de la ménagère à 100.- pour une semaine et la joie de pouvoir ne jamais assumer leurs actes.