Football - Espagne: Les joueurs de Santander refusent de jouer
Actualisé

Football - EspagneLes joueurs de Santander refusent de jouer

Non payés depuis plusieurs mois, les joueurs de la formation de troisième division espagnole ont refusé de jouer leur quart de finale retour de Coupe du Roi, jeudi.

Les joueurs du Racing de Santander, club de 3e division espagnole, ont refusé de disputer jeudi leur match de Coupe du Roi contre la Real Sociedad afin de protester contre le non-paiement de leurs salaires.

Devant les spectateurs venus assister au quart de finale retour au stade El Sardinero de Santander, les joueurs se sont bien présentés sur le terrain mais ont refusé de jouer.

Au coup de sifflet marquant le début de la rencontre, les joueurs se sont regroupés au centre du terrain jusqu'à ce que l'arbitre annule la rencontre, 40 secondes plus tard, sous les applaudissements et cris de soutien des supporters locaux.

«Nous voulions jouer mais nous ne pouvions les (dirigeants du club, ndlr) laisser bafouer nos droits. Jouer un quart de finale de Coupe était un rêve pour nous», a expliqué l'attaquant du Racing, Mariano Sanz, avant d'ajouter: «c'est honteux de finir ainsi mais nous savions très bien ce que nous faisions».

Standing ovation

Les joueurs ont ensuite entamé un tour d'honneur et salué le public qui leur a fait une standing ovation, avant de rejoindre les vestiaires.

Dernier représentant de la troisième division dans ces quarts de finale, le Racing de Santander avait auparavant éliminé des équipes de l'élite comme Séville et Almeria. Ils avaient déjà effectué un geste de protestation similaire contre Almeria en restant immobiles lors des 20 premières secondes du match, qu'ils avaient ensuite joué normalement.

Lundi, les footballeurs de Santander avaient déjà prévenu qu'ils ne joueraient pas ce jeudi si le conseil d'administration du club ne démissionnait pas.

«Ils nous doivent les salaires de plusieurs mois malgré les promesses régulières du président» Angel Lavin, avaient écrit les joueurs dans un communiqué. Le club se trouve en cessation de paiement et, selon la presse espagnole, ses comptes ont été bloqués.

Au match aller, la Real Sociedad s'était imposée 3-1. Le Racing est donc éliminé de la compétition et s'expose à une exclusion du Championnat la saison prochaine ainsi qu'à une amende. (afp)

Courant de sympathie

«Solidarité inconditionnelle», «courage», «dignité»: l'Espagne du football s'est émue vendredi du combat des joueurs du Racing Santander.

«Pour tous les acteurs du football, ce sont des images que nous préférerions ne jamais voir, qui sont difficiles à assimiler et qui nous poussent à tous soutenir le groupe de joueurs et ses entraîneurs», a déclaré vendredi l'entraîneur du FC Barcelone Gerardo Martino.

«Il est normal que tout travailleur soit payé pour sa production. Ç'a été une vilaine image à voir. J'envoie un message de soutien à tous les gens du Racing.»

Même appui du côté de l'association des footballeurs espagnols (AFE) qui, dans un communiqué, a exprimé son «soutien total et sa solidarité inconditionnelle devant les décisions à prendre».

«Je vous assure qu'arriver à prendre la décision de ne pas jouer un match de quart de finale de Coupe du Roi en ayant éliminé deux clubs de première division doit être très douloureux. Quels dirigeants écoeurants!», a compati sur Twitter le gardien Pepe Reina, l'une des figures de la sélection espagnole championne du monde (2010) et double championne d'Europe (2008, 2012).

La presse, de son côté, est unanime pour saluer le «boycott» («plante», en castillan), le quotidien El Pais voulant voir dans la «rébellion» du Racing «sa plus grande victoire, celle de la dignité».

Ton opinion