Vaud: Les journaux neuchâtelois imprimés à Bussigny
Actualisé

VaudLes journaux neuchâtelois imprimés à Bussigny

«L'Express», L'«Impartial» et «Le Courrier neuchâtelois» seront imprimés à Bussigny (VD) dès le 1er mai 2015.

«Le centre d'impression actuel de la Société neuchâteloise de presse (SNP), fermera le 30 avril prochain. Cette décision entraîne la suppression de 31 postes de travail.

Pour des raisons économiques, un investissement dans une nouvelle rotative s'est avéré irréaliste et la voie de l'externalisation a été retenue, a indiqué jeudi la rédaction sur le site arcinfo.

Le centre d'impression de la SNP à Neuchâtel, éditrice des deux quotidiens et de l'hebdomadaire, a 25 ans et les installations auraient nécessité un renouvellement trop coûteux. Un contrat d'impression a donc été signé avec le Centre d'impression Lausanne (CIL) à Bussigny qui appartient au groupe Tamedia, éditeur de «20 minutes».

D'autres journaux touchés

Cette fermeture concerne également l'impression du quotidien vaudois «La Côte» et des hebdomadaires «Journal de Cossonay» et «Echo rollois et aubonnois». Ces trois journaux passeront également sur les rotatives de Bussigny dès le mois de mai.

La SNP appartient aux Editions Suisses Holding (ESH) du groupe Hersant. «Le Nouvelliste» imprimé à Sion n'est pas concerné par cette restructuration, a précisé à l'ats le rédacteur en chef de «L'Express» et «Impartial» Nicolas Willemin.

En ce qui concerne les 31 postes de travail supprimés à Neuchâtel, un plan social sera mis en place et la direction de la SNP s'engage à soutenir activement les collaborateurs concernés dans leur recherche d'emploi et leur éventuelle réorientation professionnelle, précise la rédaction.

Fermetures en série

En Suisse romande, les centres d'impression disparaissent les uns après les autres. Le sort de l'imprimerie Saint-Paul à Fribourg est réglé, le quotidien «La Liberté» allant se faire imprimer dès janvier chez Tamedia à Berne. En 2012, le «Journal du Jura» ainsi que le «Bieler Tagblatt» sont également partis sur la capitale fédérale.

Le phénomène ne se limite pas seulement à la Suisse romande. Cette semaine, le groupe NZZ a annoncé la fermeture de son imprimerie à Schlieren (ZH) avec 125 emplois directement supprimés. (ats)

Ton opinion