Actualisé 24.07.2014 à 20:15

Judo

Les judokas de demain s'éclatent en Haut-Valais

Pour la deuxième année consécutive, c'est à Fiesch que la relève mondiale a rendez-vous. Avec le Vaudois Sergei Aschwanden à la baguette.

de
Michaël Moret, Fiesch
Sergei Aschwanden a décidé de transmettre son savoir.

Sergei Aschwanden a décidé de transmettre son savoir.

Le village perché au fin fond de la vallée du Rhône est pour une semaine le centre du monde pour les judokas de demain. Quelque 350 athlètes de 14 à 18 ans issus de 70 nations sont réunis jusqu'à dimanche dans le cadre d'un camp international d'entraînement baptisé «Natsu» (ndlr: «été» en nippon). A la tête de l'événement d'une ampleur inégalée en Europe: Sergei Aschwanden. Le Vaudois, qui avait brigué sans succès la présidence de la fédération helvétique en mai, supervise le camp, organisé en collaboration avec la fédération internationale.

Pour offrir aux jeunes une préparation idéale en vue des JO de la jeunesse, qui se tiendront à partir du 16 août prochain à Nankin, en Chine, le médaillé de bronze de Pékin en 2008 s'est entouré des meilleurs. De nombreux médaillés olympiques et des champions du monde, dont le plus haut gradé suisse, Bric Hänni (9e dan), distillent leurs conseils avisés.

Outre le gratin mondial du judo, plusieurs personnalités politiques étaient présentes hier, à l'image de Jacqueline De Quattro. «Depuis le jour où j'ai mis les pieds sur un tatami, il y a 38 ans, ce sport est devenu ma passion, a confié la conseillère d'Etat vaudoise, ceinture noire 3e dan et présidente d'honneur du camp. Le judo joue un rôle éducatif déterminant et véhicule des valeurs d'excellence. Il m'aide dans la vie de tous les jours.»

Trois questions à Sergei Aschwanden

Depuis votre retraite, vous êtes investi dans la formation. Une suite logique?

Il y a une vingtaine d'années, il y avait eu un camp international. On souhaitait rééditer cette expérience avec une bande de copains. On se connaît depuis plus de 25 ans.

Par rapport à votre vécu, qu'est-ce qu'un tel stage peut apporter aux jeunes athlètes?

C'est une occasion exceptionnelle de faire des rencontres, de créer des liens. Ces jeunes seront peut-être opposés en Chine, mais ici tout le monde prend le camp comme une occasion exceptionnelle de fraterniser.

Justement, Mme De Quattro a expliqué que le judo était un excellent moyen d'éducation. Pourquoi?

Je vois trois raisons. Le côté prévention: on apprend à chuter, ça limite les accidents. Il y a aussi tout le côté moral. Enfin, l'apprentissage du toucher corporel, qui est quelque chose de délicat dans notre société actuelle.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!