Actualisé 04.04.2008 à 17:31

Les juges envoient davantage de jeunes en taule

En Valais, le nombre de mineurs
en détention préventive a doublé en trois ans.

Cent-vingt quatre, c'est le nombre de détentions préventives qu'ont effectuées des mineurs valaisans en 2007. C'est aussi le double du chiffre de 2004, à ce qu'indique le rapport 2007 de la justice, publié hier. Celle-ci note par contre une baisse des dénonciations: 1250 contre 1326 en 2006.

Décriptage avec Jacques Berthouzoz, vice-président du tribunal cantonal.

– Pourquoi cet essor de la détention préventive?

– Les juges des mineurs disent être confrontés aujourd'hui à une criminalité plus organisée et qui implique aussi des mineurs. Ce sont par exemple les affaires de stupéfiants. Et ces cas se sont multipliés. Les risques de collusion ou de fuite impliquent alors une détention préventive. Ces mêmes juges notent une augmentation des situations comme le racket ou la violence gratuite dans les préaux.

– Pourquoi cette escalade?

– C'est dû à l'évolution de la cellule familiale et à une éducation parfois plus laxiste. Mais cela ne représente de loin pas la majorité.

– Et la petite criminalité?

– Nous voyons à l'inverse moins de dénonciations pour les traditionnelles crasses que font les jeunes: vol à l'étalage, tags, injures, etc. Ces incivilités sont malheureusement compensées par des cas plus graves...

Mathieu Signorell

Près de 2000 nouveaux cas

Le Tribunal cantonal a enregistré au total 1856 nouvelles causes pour 2007, soit 100 cas de plus qu’en 2006, avec de grandes variations selon les cas. La Cour des assurances sociales a par exemple vu le nombre des causes augmenter de 51%. Quant aux juges d’instruction, ils notent un accroissement de leur travail de 409 dossiers (+8,1%).

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!