Syrie: Les Kurdes chassent l'EI de 20 villages
Actualisé

SyrieLes Kurdes chassent l'EI de 20 villages

Des combattants kurdes syriens ont chassé les jihadistes du groupe Etat islamique de plusieurs localités dans la province d'Hassaké (nord-est) dimanche.

1 / 448
29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

Osamah Waheeb
31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

Keystone/AP
24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

Thaier Al-sudani

Les Unités de protection du peuple (YPG, milices kurdes de Syrie) ont mené cette offensive contre l'EI en coordination avec la coalition internationale anti-jihadiste qui mène des frappes aérienne en Syrie depuis septembre, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Samedi soir, les YPG ont lancé un assaut pour reprendre les positions de l'EI de la ville de Tal Hamis aux mains de l'EI, a expliqué l'OSDH. Ils sont ensuite «parvenus à avancer et à reprendre une vingtaine de villages, fermes et hameaux dans la région».

Au moins 12 jihadistes sont morts dans les combats -- qui se poursuivaient en fin d'après-midi-- et l'on ignore si les Kurdes ont perdu des hommes, a ajouté l'OSDH, basé en Grande-Bretagne et qui s'appuie sur un vaste réseau de sources à travers la Syrie.

«C'est l'une des plus grandes opérations des YPG ces derniers temps», a déclaré à l'AFP Newaf Khalil, porte-parole de l'Union démocratique kurde (PYD, principal parti kurde de Syrie). Ils sont prêts à combattre l'EI ou qu'il soit, «de Rojava (région majoritairement kurde) au reste de la Syrie», a-t-il ajouté.

L'EI a profité de la guerre civile qui ravage la Syrie depuis près de quatre ans pour prendre de vastes zones du pays, comme de l'Irak, sur lesquelles il a instauré un «califat».

(afp)

Ton opinion