Mobilité - Les Lausannois disent au revoir à leurs trolleybus à remorque
Publié

MobilitéLes Lausannois disent au revoir à leurs trolleybus à remorque

Ils sillonnaient les routes depuis 70 ans. La journée de mardi marque leur dernier tour de piste. Les trolleybus à remorque lausannois disparaissent au profit d’infrastructures plus modernes. Rencontres avec les voyageurs.

par
Lauren von Beust

Pendant plus de 70 ans, ils auront fait partie intégrante du paysage lausannois. Au terme de 1'200'000 km parcourus, les trolleybus à remorque vont tirer leur révérence mardi. Ne correspondant plus aux standards des Transports publics de la région lausannoise (TL), ils se retirent au profit de nouveaux véhicules articulés – que l’on surnomme volontiers les bus en accordéon. Des véhicules «plus confortables et plus faciles d’accès», expliquent les TL, notamment grâce à leur unique marche.

Coup d’œil dans le rétro

Parmi les aînés, certains se souviennent sans doute de la mise en service des bus bleus en 1951. Ceux-ci avaient d’abord roulé sur la ligne 20 – aujourd’hui disparue –, qui reliait alors la Place du Tunnel à Montheron, avant que ces trolleybus soient déployés sur le reste du réseau lausannois.

Modèle de 1951. 

Modèle de 1951.

TL 

«Les passionnés et connaisseurs les ont appelés par leurs petits noms: la batteuse, le 701. Avec le départ des remorques, les TL tournent une page de leur histoire», confie Noémie Hatet, chargée de communication du réseau. À partir des années 80, ces trolleybus avaient troqué le bleu pour l’orange vif, avant d’adopter une parure plus sobre, que l’on connait encore aujourd’hui.

 Les trolleybus à remorque des années 80. Ici sur le Grand-Pont.

Les trolleybus à remorque des années 80. Ici sur le Grand-Pont.

TL 

Pour plus de sécurité

Si certains Lausannois se sentiront nostalgiques à l’idée de voir ces «vieilles» remorques quitter le circuit, d’autres seront bien contents de les voir rentrer définitivement au garage. «Je pense que pour la sécurité des passagers, pour les enfants notamment, c’est mieux d’avoir un bus une pièce», soulève un Lausannois. Car ne pas voyager dans le même habitacle que le chauffeur pouvait en effet déranger quelques adeptes des transports en commun.

«J’espère que les TL vont au moins en garder un pour le patrimoine», s’exclame un internaute sur les réseaux sociaux à l’annonce de la nouvelle. «Dès cet été, ces trolleybus auront une nouvelle vie dans la ville de Roussé en Bulgarie, tandis que les remorques seront utilisées en Allemagne», répond Noémie Hatet. Dernier tour de piste lausannois: mardi sur la ligne 7, reliant St-François à Pully, Val-Vert.

Meilleure desserte dans l’Ouest lausannois

Via un communiqué, les TL ont annoncé une amélioration de la desserte dans l’Ouest lausannois depuis lundi. Les lignes 31 (Saint-Sulpice – Renens), 32 (Prilly – Mex) et 33 (St-Sulpice – Prilly) circulent toutes les 15 minutes de 5h30 à minuit, 7 jours sur 7, et offrent des connections optimisées avec les gares de Renens et de Prilly-Chasseur (LEB). Dès le mois d’août, la ligne régionale 58 (Bussigny – Cossonay-Penthalaz) assurera la desserte du futur gymnase de Bussigny. Les lignes urbaines 17 et 19 reliant Lausanne à Renens et Bussigny verront aussi leur capacité se renforcer. Par ces changements, les TL entendent «inciter au changement d’habitude de mobilité, notamment pour les déplacements liés aux loisirs et aux achats», ajoute Christophe Jemelin, responsable de l’unité Développement de l’offre et membre de direction.

Ton opinion

127 commentaires