Hockey - LNA: Les Lions mettent la machine en route
Actualisé

Hockey - LNALes Lions mettent la machine en route

Lausanne a enrayé une série de quatre revers de rang grâce à un Hytönen en état de grâce (3 buts).

par
Grégory Beaud
Les Genevois ont eu toutes les peine du monde à mettre en danger Cristobal Huet.

Les Genevois ont eu toutes les peine du monde à mettre en danger Cristobal Huet.

Les Lions de Malley tiennent-ils leur match de référence? Muets et inoffensifs depuis plusieurs rencontres, les Lausannois ont fait tourner en bourrique leurs voisins genevois, lors du premier derby lémanique de la saison. «Je n'ai pas envie d'exagérer, mais je crois avoir vu là l'une des meilleures prestations de cette équipe depuis que je suis à Lausanne», a applaudi Heins Ehlers, le technicien lausannois.

McSorley: «Terriblement déçu»

Avec trois réussites, c'est Juha-Pekka Hytönen qui a été le détonateur de cette fête de tirs des pensionnaires de Malley. Aphones depuis 138 minutes, les Vaudois ont cette fois-ci débloqué leur compteur. «Nous avons regardé le dernier match face à Ambri (ndlr: défaite 0-2) encore et encore, a poursuivi le coach. Et franchement je ne comprends toujours pas comment nous avons fait pour nous incliner.»

Après quatre défaites consécutives, les pensionnaires de Malley avaient une occasion parfaite de se remettre dans le sens de la marche, lors de ce derby haut en couleurs. Pourtant, Genève-Servette n'a jamais semblé jouer un match particulier, ce vendredi soir. «Je suis convaincu que nous avions la meilleure équipe, a lâché Chris McSorley, entraîneur vaincu. Mes joueurs semblent ne pas avoir voulu suivre le plan de match. Je suis terriblement déçu.»

Arbitres en cause

Léthargiques, les visiteurs n'ont réagi qu'en fin de période intermédiaire. Menés 3-0, ils ont inscrits le 3-1 et auraient même pu revenir à une longueur avant la seconde pause. «Plusieurs coups de sifflet de l'arbitre ont totalement changé la physionomie du match, a enchaîné le Canadien, faisant référence à des hors-jeux tendancieux. Cela nous a coupé les jambes alors que nous revenions forts dans le match.» Dans le vestiaire adverse, on ne s'embarrasse pas de ce genre de considérations: «Pour être honnête avec vous, une fois sur deux je ne savais pas pourquoi il gueulait», a pour sa part souri Heins Ehlers.

Hormis ce soubresaut d'orgueil, les Aigles de Chris McSorley n'ont que rarement mis le nez à la fenêtre. «Ne négligeons pas le travail défensif de tout l'équipe, a pondéré Heins Ehlers. Nos défenseurs ont été très solides, mais il faut également mettre en avant le travail de repli des attaquants». Forts de ce succès, les Vaudois vont désormais entamer leur transhumance vers Davos. «Un autre gros morceau, a souri le coach lausannois. Une équipe qui joue très vite. Ce sera à nouveau un match très compliqué.»

Genève, de son côté, accueillera samedi soir Zurich. Après avoir joué mercredi en Champions League, les jambes ne se feront-elles pas lourdes? «Dans le vestiaire, la fatigue n'a jamais et ne sera jamais une excuse, a coupé Chris McSorley. N'ayez crainte, Genève a toujours trouvé un moyen de rebondir après une déception. Et celle-ci est immense.»

Ton opinion