Actualisé 12.10.2008 à 21:03

Affaire Kadhafi

Les livraisons de brut ne seront pas interrompues

La Libye n'a pas l'intention de stopper ses livraisons de pétrole brut vers la Suisse ni de retirer ses avoirs. Les autorités libyennes ont officiellement démenti vendredi auprès de l'ambassade de Suisse à Tripoli les informations parues pendant la semaine.

«Le ministère des affaires étrangères libyen m'a remis le 10 octobre une note» allant dans ce sens, a affirmé dimanche à l'ATS l'ambassadeur suisse à Tripoli Daniel von Muralt. Les autorités libyennes sont intervenues de leur propre chef, souligne le diplomate.

«J'ai le sentiment qu'on va vers la fin des négociations», ajoute M. von Muralt, revenant sur un article paru dans le «Matin Dimanche». Il constate une «impatience de part et d'autre» de boucler cette affaire. «Personne n'a intérêt» à voir cette situation se prolonger, explique-t-il.

Signe de détente, la protection policière qui avait été mise en place devant l'ambassade en juillet a été retirée au début du Ramadan, a indiqué M. von Muralt. Et les manifestants qui protestaient devant la représentation helvétique sont loin depuis longtemps. «La grande émotion du début s'est calmée», résume l'ambassadeur.

Mesures de rétorsion

La situation dépeinte par M. von Muralt coupe court aux inquiétudes survenues ces derniers jours après l'annonce côté libyen de plusieurs nouvelles mesures de rétorsion envers la Suisse.

Mercredi, la compagnie Tamoil annonçait l'arrêt des livraisons de pétrole brut vers la Suisse. Le lendemain l'agence de presse officielle Jana rapportait la décision de Tripoli de retirer ses avoirs déposés dans les banques suisses.

La Suisse et la Libye traversent une crise diplomatique depuis plusieurs semaines. Elle a été déclenchée par l'arrestation le 15 juillet à Genève d'un des fils du Colonel Kadhafi, Hannibal, et de l'épouse de ce dernier, accusés d'avoir maltraité deux de leurs domestiques.

La Libye a alors transmis aux entreprises suisses un ordre de fermeture et les bureaux d'ABB et de Nestlé ont été fermés. Deux ressortissants suisses ont été arrêtés pour infractions sur l'immigration et le séjour. Ils ont été libérés mais n'ont toujours pas l'autorisation de quitter le pays.

«Excuses surestimées»

La compagnie aérienne Swiss a elle été contrainte «pour des raisons techniques», de supprimer deux de ses trois liaisons hebdomadaires entre Zurich et Tripoli. La compagnie nationale libyenne Afriqiyah a elle aussi supprimés deux de ses trois liaisons vers Genève.

Maintenant, c'est aux délégations diplomatiques suisses et libyennes, qui se rencontrent «très régulièrement à Genève», de trouver une solution, estime M. von Muralt.

Quant à savoir si les excuses officielles que Tripoli demande de la part de Berne sont un passage obligé pour un retour à la normale dans les relations bilatérales, l'ambassadeur répond que «cet élément est surestimé». Il n'en dira pas plus sur le contenu des négociations. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!