Renens (VD): Les marginaux n'ont pas quitté la place du Marché
Actualisé

Renens (VD)Les marginaux n'ont pas quitté la place du Marché

La rénovation de l'esplanade devait en faire un lieu attractif. Mais elle suscite la controverse à cause de certains «zonards».

par
Francesco Brienza
Un élu renanais dénonce «l'incivilité et les déprédations» commises par une poignée d'individus au coeur du centre-ville.

Un élu renanais dénonce «l'incivilité et les déprédations» commises par une poignée d'individus au coeur du centre-ville.

Ils étaient une dizaine, hier, sur la place du Marché. Canettes de bière pas chères en main, ce groupe de laissés-pour-compte faisait comme partie du décor de la nouvelle esplanade. Inaugurée en avril dernier, elle devait «renforcer l'attractivité» de la ville et faire la fierté des Renanais.

«Le problème, c'est surtout l'alcool»

Aujourd'hui, la donne a changé. Ils seraient nombreux à en avoir assez des nuisances liées à ces marginaux. Jusqu'à leur jeter des œufs, comme ce fut le cas dans la nuit du 3 au 4 juin 2011. «Ils sont là du matin au soir! déplore une passante. Ils font beaucoup de bruit!» Un commerçant situé à proximité confirme la tendance. «Les clients se plaignent. Le problème, c'est surtout l'alcool.» Urine et bières vides côtoient en effet une aire de jeux voisine. Le phénomène est assez sérieux pour avoir suscité l'intervention du conseiller communal Vert Raymond Gauthier, en juin déjà. Il appelait la Municipalité à trouver une solution aux «incivilités et dégradations» commises sur la place.

«La Municipalité botte en touche»

Pour la syndique popiste Mariane Huguenin, c'est surtout «un problème de cohabitation». Elle rappelle que la place appartient à tous, «même aux marginaux». Et d'énumérer les mesures déjà prises par la Ville: «Davantage de police, de nettoyage et d'animations sur place.»

Elu communal UDC, Stéphane Montabert dénonce un «bottage en touche». Pour lui, «rien de tout cela» ne réglera le problème. «C'est un laisser-aller délibéré de la Municipalité sur une problématique archi-connue à Renens», conclut-il.

Ton opinion