Canton de Neuchatel – Les matches au loto ne font plus un carton
Publié

Canton de NeuchâtelLes matches au loto ne font plus un carton

Après une longue absence en raison du Covid-19, les matches au loto ont repris en octobre dans le canton de Neuchâtel. Mais la fréquentation est en berne et les annulations se succèdent.

par
Catherine Bex
Les matches au loto attirent une population relativement âgée.

Les matches au loto attirent une population relativement âgée.

Odile Meylan/Photo d’illustration

Les amateurs de quine, double quine et carton devront prendre leur mal en patience, dans le canton de Neuchâtel. Les matches au loto prévus cet automne sont annulés les uns après les autres. En cause? Une fréquentation en chute libre.

Au dernier match prévu à Cortaillod, le 14 novembre, il y a eu à peine 200 joueurs, alors qu’on en attendait plutôt 350. La commune de Cortaillod, qui loue la salle Cort’Agora, accueillait pourtant deux lotos par mois en moyenne annuelle, avant la pandémie.

«On ne s’y attendait pas»

Infoloto, qui organise de tels événements pour des sociétés locales, confirme avoir annulé quatre matches au loto jusqu’à la fin de l’année et dit réfléchir à une nouvelle formule pour l’an prochain. «Pour le premier loto à Cortaillod, le 24 octobre, il y avait 350 personnes», explique Annick Moser, caissière de l’association.

Mais ensuite, c’est la dégringolade. «On ne s’y attendait pas. Lors des trois matches suivants, faute de monde, on a dû diminuer le prix des lots pour que la société locale ne soit pas perdante, regrette Annick Moser. C’est démoralisant.»

«On préfère renoncer»

Comment expliquer ce désintérêt? Certes, les mesures sanitaires sont strictes: pass sanitaire obligatoire, masque aux caisses, distanciation et gel hydroalcoolique. Mais cela n’explique pas tout. Christian Berger, responsable des sociétés locales de Cortaillod, constate que «la moyenne d’âge des participants est assez élevée et que pas mal d’entre eux sont craintifs. Passer entre 3 à 6 heures dans une salle de 300 à 500 personnes peut ne pas être rassurant.»

Il précise qu’il faut «environ 300 personnes pour rentabiliser un loto à Cort’Agora. En cette période, on n’est pas sûr d’attirer assez de monde. On préfère donc renoncer plutôt que prendre des risques sanitaires et financiers.»

De 10 à 20’000 fr. d’investissement au moins

Car ces manifestations ont un coût. Il faut compter au moins 20’000 francs d’investissement pour un match au loto comme à Cort’Agora, de 10’000 à 13’000 francs pour des plus petits, comme à La Chaux-de-Fonds ou à Bevaix.

Gilbert Uldry, responsable des sociétés locales de Bevaix, fait le même constat. Les quatre matches au loto prévus pour cette fin d’année ont été annulés. Il précise qu’«il y a longtemps, un match au loto pouvait rapporter jusqu’à 6000 francs à la société organisatrice». Une époque dorée bien révolue. À présent, c’est plutôt 1000 à 2000 francs, à Bevaix. Pour 2022, rien n’est encore tranché. Les sociétés locales bevaisannes devront s’inscrire prochainement.

Mais les raisons financières ne sont pas seules en cause. Avant la pandémie, Infoloto organisait 35 à 40 matches par an. Avant la reprise de cet automne, Annick Moser a envoyé les dates des manifestations à 3000 personnes en Suisse romande. «Je n’ai jamais eu autant de retours de personnes décédées, qui avaient déménagé ou ne résidaient plus à cette adresse

«Notre but est de rentrer dans nos frais»

Dans le Haut, la fréquentation est aussi en berne. Quatre matches au loto ont déjà été annulés à la Maison du Peuple, à La Chaux-de-Fonds, pour les mois à venir. Le prochain n’est prévu qu’à mi-février. L’Amicale des sapeurs-pompiers des Montagnes neuchâteloises (ASPMN), qui devait ouvrir la saison dans la Métropole horlogère, le 12 décembre, a renoncé.

Le secrétaire de l’ASPMN, Marc Schafroth, précise que le manque de fréquentation a eu raison de leur bonne volonté. «Notre but n’est pas de faire de gros bénéfices, mais de rentrer au moins dans nos frais. En outre, nos membres avaient peur de venir travailler. On avait de la peine à recruter du personnel, cette année.»

À La Chaux-de-Fonds toujours, Christophe Bolle, président de la Musique d’harmonie Les Armes-Réunies, reconnaît aussi que l’incertitude face à la fréquentation les a décidés à annuler il y a deux ou trois semaines. «On n’avait pas l’assurance de faire du bénéfice. Une personne dépense entre 50 et 60 francs durant un match. Du coup, avec dix ou vingt personnes de moins, on ne rentre déjà plus dans nos frais

Pas de baisse à Montilier

À Montilier (FR), où les matches au loto sont une institution, le son de cloche n’est pas le même. L’organisateur des lotos n’a pas constaté de baisse de fréquentation, selon lui. Les joueurs viennent du canton de Fribourg, mais aussi des cantons de Vaud, Berne ou Neuchâtel. Et on y organise des matches au loto 3 à 4 fois par semaine, toute l’année. Contrairement au canton de Neuchâtel, où cette activité est saisonnière.

Ton opinion

30 commentaires