Canada: Les médecins croient qu’il simule alors qu’il souffre le martyre
Publié

CanadaLes médecins croient qu’il simule alors qu’il souffre le martyre

Un patient souffrant de troubles bipolaires a dû quitter l’hôpital à quatre pattes, le personnel soignant refusant de le prendre au sérieux alors qu’il avait affreusement mal aux jambes.

Transi de douleur, un homme en veste rouge avance péniblement à quatre pattes dans les couloirs de l’hôpital, sous le regard peu inquiet d’une infirmière. Ces images, enregistrées en avril 2018 à l’hôpital Humber River de Toronto, ont été publiées pour la première fois par CBC cette semaine. Pour des raisons de confidentialité, l’établissement avait toujours refusé de remettre ces images à la famille de l’individu. Mais les autorités ont récemment décrété que les visages étant floutés, cette vidéo pouvait être transmise. C’est désormais chose faite.

David Pontone, 45 ans, était arrivé ce jour-là à l’hôpital parce qu’il souffrait terriblement aux jambes. Pris en charge, le quadragénaire a expliqué au personnel médical qu’il souffrait de troubles bipolaires mais que les médicaments qu’il prenait depuis sept ans l’avaient bien aidé. Le Canadien pense que cette information a conduit les soignants à ne pas le prendre au sérieux. Résultat: le patient a été confié à un psychiatre avant d’être rapidement libéré, l’IRM n’ayant rien montré d’inquiétant.

«Je me sentais totalement impuissant»

Sur les images publiées par CBC, on peut voir David Pontone être escorté vers la sortie par une infirmière. La vidéo n’a pas de bande-son, mais selon le patient, la soignante lui disait: «Vous êtes un grand garçon! Vous êtes fort! Allez grand garçon, levez-vous!» Quelques personnes passent près du quadragénaire, mais l’infirmière semble leur demander de passer leur chemin. «J’ai toujours été un gentleman, mais j’étais en colère. Je me sentais totalement impuissant», raconte David Pontone.

Il faudra finalement vingt minutes au patient pour atteindre la sortie avant qu’un agent de sécurité ne lui appelle un taxi. Quelques jours plus tard, le Canadien s’est rendu dans un autre hôpital de Toronto où on lui a diagnostiqué le syndrome de Guillain-Barré, une affection rare qui fait que le système immunitaire du patient attaque les nerfs périphériques. Après quatre mois de rééducation, David Pontone a pu se remettre à marcher normalement.

«J’ai été maltraité. Mal jugé»

Aujourd’hui, il espère que la diffusion de cette vidéo évitera à d’autres patients de vivre le même calvaire. «J’ai été maltraité. Mal jugé. Cela ne doit jamais se reproduire, avec personne», estime-t-il. «Je veux que l’hôpital change sa manière de considérer les troubles mentaux. De manière à ce que cela n’arrive plus», ajoute la mère de David Pontone. L’infirmière apparaissant sur la vidéo a été licenciée, mais on ignore si d’autres personnes impliquées dans cet incident ont subi le même sort.

(joc)

Ton opinion