Actualisé 07.08.2010 à 13:33

Fusillés en Afghanistan

Les médecins liés à une ONG de Genève

Les huit corps de médecins allemands, américains et britanniques ont été retrouvé au nord de l'Afghanistan. Les victimes ont été fusillées. Il s'agirait d'employés d'une ONG, à Genève.

Huit humanitaires occidentaux ont été tués par balle dans le nord-est de l'Afghanistan. Ils travaillaient pour une ONG basée en Suisse. L'action a été revendiquée samedi par les talibans, qui affirment avoir visé des «missionnaires chrétiens».

Dirk Frans, directeur exécutif d'International Assistance Mission (IAM), a confirmé samedi à l'AFP la mort des cinq hommes et trois femmes: six Américains, une Britannique et une Allemande. Ces humanitaires, médecins et infirmières, travaillaient pour IAM, une organisation chrétienne active en Afghanistan et qui a son siège social à Genève.

Quatre Afghans accompagnaient le groupe d'humanitaires. Deux ont été tués et deux ont survécu à l'attaque, a ajouté M. Frans. L'équipe revenait d'un centre de soins oculaires de la province voisine du Nouristan.

Les corps des humanitaires avaient été retrouvés vendredi dans la province du Badakhshan, selon la police locale. M. Frans a précisé que le dernier contact avec le groupe avait eu lieu mercredi. Selon lui, «l'attaque s'est peut-être produite jeudi».

Le vol comme mobile

Selon M. Frans, le groupe voyageait à bord de voitures tout-terrain en raison du relief montagneux de la région. Ils revenaient du Nouristan voisin, province sous forte influence talibane, quand ils ont été tués au Badakhshan, province réputée plus calme.

Le groupe ne disposait pas de gardes pour assurer sa sécurité. «Il n'y a jamais eu de menaces contre nous. S'il y avait eu des menaces, nous n'y serions pas allés», a déclaré le directeur d'IAM. La police locale lui a assuré que le mobile de l'attaque était «le vol».

Le groupe avait passé plusieurs jours et nuits dans la région, selon le récit de Saifullah, un Afghan survivant de l'attaque, cité par le chef de la police du Badakhshan, Aqa Noor Kintoz.

«Le dernier jour, un groupe d'hommes armés est arrivé, les a alignés et les a abattus. Ils ont volé leurs affaires et leur argent», a dit Aqa Noor Kintoz en rapportant le témoignage de Saifullah.

Saifullah aurait été épargné parce qu'il a récité des versets du Coran au moment d'être exécuté. Les assaillants auraient réalisé qu'il est musulman et l'auraient libéré au Nouristan.

Des bibles en dari

Les talibans ont revendiqué auprès de l'AFP le meurtre de «neuf missionnaires chrétiens». «Ils étaient perdus. Quand notre patrouille (de talibans) les a trouvés, ils ont essayé de s'échapper et ont été tués», a déclaré Zabihullah Mujahid, un porte-parole régulier des talibans. Il s'exprimait par téléphone depuis une localisation inconnue.

«Ils portaient des bibles en dari, des cartes, des systèmes GPRS. Ils faisaient la carte des positions des combattants» talibans, a affirmé le porte-parole. Il faisait état de neuf étrangers et un Afghan.

Le directeur général d'IAM a rejetté les accusations de prosélytisme lancées par les talibans. «IAM est une organisation chrétienne, nous l'avons toujours été. Nous avons travaillé en Afghanistan depuis 1966, sous le roi, sous les communistes, sous les talibans. Et ils savent très bien ce que nous faisons. Nous ne distribuons aucune bible, ceci est un mensonge», a déclaré M. Frans.

IAM est l'une des plus anciennes organisation humanitaire implantée en Afghanistan. Créée en 1966 et enregistrée à Genève, elle fournit notamment des soins oculaires dans des centres qu'elle gère à Kaboul, Herat et Kandahar, selon le site de l'ONG.

Active exclusivement en Afghanistan, IAM y occupe une cinquantaine de volontaires venant de différents pays, a indiqué à l'ATS le secrétaire en Suisse de l'organisation, Gérald Bourgeois. «Mais aucun Suisse n'y travaille en ce moment», a-t-il précisé.

Confirmation allemande

Une porte-parole de l'ambassade des Etats-Unis à Kaboul a confirmé que «plusieurs Américains» font partie des victimes. Le gouvernement allemand a pour sa part confirmé la mort d'une de ses citoyennes, par le biais d'une porte-parole.

En août 2008, quatre travailleurs humanitaires avaient été tués dans une embuscade dans la province de Logar, à moins de 50 km au sud de Kaboul. (ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!