Actualisé

EtudeLes médias stigmatisent les musulmans de Suisse

Focalisés sur la radicalisation et le terrorisme, les articles sur les musulmans de Suisse créent de plus en plus une distance vis-à-vis de cette minorité.

La mosquée du Petit-Saconnex à Genève est la seule mosquée de Suisse romande.

La mosquée du Petit-Saconnex à Genève est la seule mosquée de Suisse romande.

Keystone

Entre 2009 et 2017, les articles créant de la distance par rapport aux musulmans sont passés de 22% à 69%, souligne une étude publiée lundi par la commission fédérale contre le racisme (CFR). Réalisée par l'institut fög de l'Université de Zurich, l'étude s'est penchée sur un échantillon représentatif d'articles publiés lors de cette période dans 18 médias papier et leurs versions en ligne des trois grandes régions linguistiques.

La distance est principalement due aux thèmes abordés. Quelque 54% d'entre eux touchent à la radicalisation et au terrorisme, alors que seul un infime pourcentage porte sur l'intégration réussie (2%) et le quotidien des musulmans (2%), soit la vie de la majorité des musulmans de Suisse. La couverture médiatique des musulmans bondit ainsi après les attentats terroristes dans les pays voisins et les initiatives populaires, observe l'étude.

Différences selon les médias

Des différences notables existent cependant entre les médias. Dans la «Weltwoche», 84% des articles créent une distance. Cette proportion descend à 63%, respectivement 59%, pour les journaux populaires le «Sonntagsblick» et le «Blick». Chez les quotidiens d'informations payantes, comme «Le Temps» ou la «NZZ», le pourcentage est largement plus faible, à 31%.

«Cette différence s'explique par la logique de la presse populaire, davantage axée sur le négativisme et le scandale et, dans le cas de la «Weltwoche», par le positionnement idéologique du journal», expliquent les auteurs de l'étude. Ils font toutefois remarquer que la «Basler Zeitung», qui a le même positionnement idéologique que la «Weltwoche», n'a pas de valeurs aussi élevées.

La création d'une distance vis-à-vis des musulmans est surtout problématique lorsqu'elle est couplée à des généralisations, insistent les auteurs de l'étude. Une combinaison observée dans 8% de tous les articles. Avec de nouveau, de fortes différences selon les médias. La «Weltwoche» affiche un taux de 48%, le «Sonntagsblick» de 28% et le «Blick» de 11%.

Pas voix au chapitre

Autre problème de poids: les musulmans n'ont que rarement voix au chapitre. Dans 55% des articles, les journalistes parlent d'eux sans leur donner la parole et, dans 25%, ils ne leur donnent la parole qu'en marge de l'article.

En outre, les musulmans appelés à s'exprimer sont souvent ceux qui ont les opinions les plus tranchées. Dans l'affaire de la mosquée An'Nur, seuls quelques représentants de l'établissement et du Conseil central islamique suisse ont rencontré un large écho. Les représentants des associations musulmanes de Suisse n'étaient, eux, que modestement sollicités.

Ce n'est pas la première fois que la CFR se penche sur les discriminations des minorités. Elle avait déjà publié des études sur les Roms et le racisme anti-Noir. Observant des similitudes dans le traitement médiatique de ces trois minorités, la commission entend poursuivre le dialogue avec les journalistes et leur rappeler leur responsabilité dans la formation de l'opinion publique. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!